Les parlementaires anglais bientôt relogés sur la Tamise ?

le
0

Une agence d’architecture et de design américaine propose au gouvernement britannique une solution pour le moins originale afin de reloger les députés, le temps des travaux de rénovation du Palais de Westminster.

Les Anglais l’ont baptisé le «projet Poséidon». Non, ce n’est pas une nouvelle mission confiée à l’espion britannique le plus connu dans le monde, James Bond. Simplement -façon de parler- d’un projet temporaire de parlement anglais proposé par une agence d’architecture et de design américaine, Gensler, pendant la rénovation du palais de Westminster. Des travaux qui coûteront la bagatelle de4 milliards de livres (4,5 milliards d’euros) et devraient durer six ans à partir de 2022.

Le bâtiment a en effet un besoin urgent de rénovation, en raison de sa vétusté. Selon un rapport commandé par le Parlement et dévoilé le mois dernier, le palais de Westminster «fait face à une crise imminente». Derrière le terme «crise imminente», entendez risques d’incendie, d’effondrement de murs et de toits, fuites de canalisation ou amiante. Les députés britanniques devront bientôt abandonner le palais, une première depuis la Seconde guerre mondiale.

Pas de perturbation pour le trafic fluvial

«Pour réduire les coûts et les perturbations liées à la remise à neuf du palais», l’agence Gensler, qui prévoit de construire d’ici 2020 la plus haute tour de Chine (729 mètres de haut et 137 étages), propose d’accueillir les parlementaires dans une structure modulable... flottant sur les bords de la Tamise. «Elle ne perturbera pas la circulation fluviale», assure-t-on au sein de l’agence Gensler.

L’intérieur de la structure permettrait de reprendre les particularités de l’actuel Palais de Westminster et notamment les deux chambres emblématiques de la Chambre des communes et celle des Lords dont les dimensions ont été parfaitement respectées. La Galerie Royale et le Vestibule Centrale (Central Lobby) ont été reproduits à l’identique.

Le «bâtiment» de 240 mètres de long, qui peut couvrir une surface de 8600 m², pourrait être construit en moins de trois ans, dans les chantiers navals du Royaume-Uni. Le coût? 160 millions de livres (179 millions d’euros). Une lourde facture pour le contribuable britannique. Mais l’agence souligne que sa solution éviterait aux Britanniques d’avoir à payer 1,8 milliard de livres (2 milliards d’euros) d’impôts. Gensler fait référence à l’autre solution qui consisterait à déménager la Chambre des communes dans les locaux du ministère de la Santé, à Richmond House, et celle des Lords, au centre de conférence de la Reine Elizabeth II. «Nous étions conscients que ce sont des fonds publics qui financent ce déménagement. Nous avons donc misé sur l’efficacité et la sobriété», précise Philippe Paré, designer principal chez Gensler.

Un déménagement qui aurait nécessité d’importants travaux d’aménagement et donc des massives hausses d’impôts. C’est pourquoi le leader de l’opposition, Jeremy Corbyn, s’enthousiasme déjà pour l’idée qu’il juge «très intéressante» de la société Gensler. «Elle a de la valeur et devrait être regardée de près», glisse-t-il à l’intention du gouvernement de Theresa May.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant