Les Parisiens ont boudé les soldes d'hiver

le
1
Le froid a permis néanmoins de relancer l'activité et d'écouler les grosses pièces.

Cette année, tout n'a pas disparu. C'est tellement vrai que certains commerçants, à l'instar d'une grande enseigne de prêt-à-porter bon chic bon genre rue de Passy (XVIe), ont décidé de prolonger la période de rabais afin de pouvoir écouler leur stock.

Même si les soldes s'achèvent officiellement mardi soir, on sait d'ores et déjà que l'hiver 2012 ne restera pas dans les annales. D'après une enquête menée par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris auprès de 300 commerçants, le bilan s'annonce finalement assez mitigé. Ainsi, 84% d'entre eux jugent que le panier moyen est stable ou en baisse par rapport à l'an dernier. «Habituellement, je me permets des petits extras durant les soldes, mais là, j'ai surtout dépensé utile», reconnaît Natacha, 43 ans et mère de deux adolescents. Comme le résume l'étude, l'achat besoin s'est substitué à l'achat coup de c½ur.

Au ban des accusés, la crise économique, le climat général anxiogène bien sûr, mais également les températures clémentes. «On est très dépendants des conditions climatiques, constate Bertrand Morvan, président de la Fédération nationale de l'habillement (FNH). Si on avait eu le froid dès le début, ça aurait été bien.» C'est en effet lors de la première quinzaine des soldes que s'effectue généralement le gros des ventes. Or, le mercure étant au plus haut, les recettes des commerçants parisiens se sont retrouvées au plus bas.

64 % d'optimistes

Mais l'arrivée du froid leur a néanmoins redonné le moral. «Les températures glaciales ont boosté les achats», s'est réjoui l'un deux. «La troisième semaine, les ventes de textile et d'habillement ont été relancées, particulièrement les grosses pièces, qui avaient jusque-là du mal à s'écouler», confirme la CCIP. Doudounes, parkas et manteaux chauds ont donc finalement trouvé preneurs, notamment dans les grands magasins, qui tirent leur épingle du jeu, «sous l'effet tout de même d'une politique de rabais élevés sur des produits de grandes marques», remarque l'enquête.

Quoi qu'il en soit, les commerçants, ont été dans l'ensemble rassurés de «pouvoir maintenir un niveau d'activité à peu près équivalent à celui de l'an dernier». Près de 57% se sont ainsi déclarés satisfaits ou très satisfaits de leur chiffre d'affaires. Mieux: 64% restent optimistes pour la prochaine saison. Qui a dit que les commerçants parisiens n'étaient jamais contents?

LIRE AUSSI:

» Le froid, une aubaine pour certains secteurs économiques

» Les soldes d'hiver peinent à décoller

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • freudon le mardi 14 fév 2012 à 08:47

    ah ah ah