Les parents de Lambert demandent la révision de l'arrêt européen

le
0
LES PARENTS DE VINCENT LAMBERT DEMANDENT À LA CEDH DE REVOIR SON ARRÊT
LES PARENTS DE VINCENT LAMBERT DEMANDENT À LA CEDH DE REVOIR SON ARRÊT

STRASBOURG (Reuters) - Les parents de Vincent Lambert, un patient tétraplégique en état végétatif depuis sept ans, ont demandé à la Cour européenne des droits de l’homme de réviser son arrêt du 5 juin dernier autorisant l’arrêt des soins qui lui sont prodigués, a-t-on appris vendredi auprès de leur avocat et de la Cour.

L’article 80 du règlement de la Cour de Strasbourg prévoit la possibilité d’une telle demande dans un délai de six mois en cas de découverte d’un fait nouveau inconnu des juges au moment de la rédaction de l’arrêt.

Cette affaire oppose d’un côté les parents de Vincent Lambert, l'une de ses soeurs et un demi-frère qui voient en lui un "handicapé" qu’il faut maintenir en vie, de l’autre son épouse, cinq de ses frères et soeurs et un neveu qui souhaitent qu’il puisse mourir "dignement", conformément à l'avis de ses médecins et à ce qu'il aurait, selon eux, souhaité.

"Il y a plusieurs éléments nouveaux. L’élément à nos yeux fondamental, c’est la reprise d’une alimentation par la bouche de Vincent Lambert", a dit à Reuters l’un des avocat des parents, Me Jean-Paillot.

Alors qu’il est nourri par une sonde gastrique, la famille lui a, depuis le 12 janvier, donné à manger et à boire par la bouche, les scènes étant filmées comme éléments de preuve, précise l’avocat dans sa demande de révision.

Autre élément invoqué par les parents, le fait que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, ait dit le 16 juin dernier devant le Sénat que la volonté de Vincent Lambert de ne pas être maintenu durablement dans un état végétatif "faisait l’objet d’interrogations et de débats".

La Cour européenne avait validé la décision du Conseil d’Etat autorisant les médecins à interrompre les soins prodigués au patient, en estimant qu’ils avaient tenu compte du témoignage de son épouse, Rachel, corroboré par l'un de ses frères, selon lequel Vincent Lambert était opposé à tout acharnement thérapeutique.

Vincent Lambert, qui a été victime d’un accident de la circulation le 29 septembre 2008, souffre, selon les médecins, de lésions cérébrales irréversibles.

Les juges de Strasbourg devraient se prononcer sur la demande de révision "très rapidement" a dit à Reuters un porte-parole de la Cour.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant