Les parents accros aux tests antidrogue

le , mis à jour à 07:18
0
Les parents accros aux tests antidrogue
Les parents accros aux tests antidrogue

« Géraaaard ! Tant que tu écoutais Mick Geiger et les Beatle, je disais rien. Mais que tu fumes du hakik, NON ! Ta mère en a trouvé dans ta poche, et tu nous empestes les cabinets »... Quarante ans après le célèbre sketch de Coluche, la consommation du « hakik » reste une préoccupation majeure pour les parents. Selon la dernière étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, publiée mardi, un jeune de 17 ans sur deux a déjà goûté au cannabis, dont la concentration n'a cessé de croître au fil des années, et près d'un sur dix en fume au moins dix fois par mois. Pis, 8 % d'entre eux en ont un usage problématique.

Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à envoyer leurs enfants vers ces mêmes « cabinets » pour qu'ils se soumettent à un test de dépistage urinaire au verdict immédiat. En 2010, la vente libre de ces tests avait provoqué un tollé chez les professionnels de l'addiction, qui voyaient là un outil de « flicage » préjudiciable à une prise en charge adaptée. Cinq ans plus tard, leur usage a explosé. « Nos ventes auprès des particuliers sont en hausse constante, annonce Frédéric Rodzynek, patron de la société NarcoCheck, premier producteur français. Elles sont de l'ordre de plusieurs dizaines de milliers de tests par an. Nous ne comptons plus les familles qui nous appellent pour tenter de trouver une solution à la consommation de leur enfant. »

«Mes parents menacent de me faire hospitaliser si c'est positif»

Chez les professionnels, si le débat s'est dépassionné, la méfiance reste de mise. « Dans notre structure, nous n'en avons jamais voulu, rappelle Pierre de Parcevaux, responsable de l'association de soutien aux parents et aux jeunes toxicomanes Luciole. Nous préférons responsabiliser les jeunes. Cela étant, tout ce qui peut rassurer les parents est bon à prendre. » « Indépendamment de tout contrôle médical, je ne sais pas si c'est une bonne solution, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant