Les parcs commerciaux de périphérie, un marché mature en France (étude)

le
1

Le marché des parcs d'activité commerciale de périphérie en France ralentit depuis cinq ans, après une période de fort développement, mais l'intérêt des investisseurs reste fort, selon une étude diffusée mardi par le groupe d'immobilier d'entreprise Cushman & Wakefield.

"Mi-2016, 420.000 mètres carrés de nouveaux +retail+ ont été identifiés comme ayant déjà ouvert ou pouvant l'être d'ici la fin de l'année - un chiffre en ligne avec la moyenne du volume d'ouvertures constatées depuis 5 ans", indique le cabinet dans un communiqué diffusé à la veille du Mapic, salon professionnel organisé à Cannes (sud) et dédié à l'immobilier commercial.

Cette évolution est toutefois largement inférieure à celle constatée sur les années 2007-2010, où le parc français des commerces de périphérie avait quasiment doublé de taille, avec une moyenne de 565.000 mètres carrés de plus chaque année.

Le "retail park" est constitué d'un ensemble commercial à ciel ouvert (il diffère en cela du centre commercial), comprenant au minimum 5 unités locatives réparties sur une surface d'au moins 3.000 mètres carrés.

Au total, quelque 6 millions de mètres carrés de "retail parks" ont été construits en France depuis l'émergence du concept à la fin des années 90.

Mais "aujourd'hui l'analyse des projets à livrer en 2016 confirme que la production a atteint son rythme de croisière", note le cabinet.

Côté investisseurs, l'attrait pour ce type d'implantation commerciale reste pourtant notable.

Ainsi, plus de 500 millions d'euros ont été investis chaque année en moyenne entre 2005 et 2015 sur le marché français des parcs d'activité commerciales, selon Cushman & Wakefield.

L'année 2016 pourrait même "constituer la meilleure de la décennie pour les cessions de retail parks, dans un contexte de taux d'intérêt bas et de capitaux surabondant à placer", précise Magali Marton, directrice des études chez Cushman & Wakefield.

Depuis le début de l'année, plus de 700 millions d'euros ont ainsi déjà été investis dans les "retail parks" français. Ils représentent à eux seuls 27% de l'ensemble des volumes placés sur le marché français de l'immobilier de commerce cette année, contre 14% sur les dix années précédentes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cresus57 il y a 3 semaines

    "retail park" : merci pour l'anglicisme totalement inutile. "zone commerciale" convient très bien.