Les pamphlets antisémites de Céline édités au Québec

le
0

PARIS (Reuters) - Les éditions Huit, un éditeur de Québec, s'apprêtent à publier à la mi-septembre les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline, qui n'avaient plus été réédités en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il s'agira d'une édition critique présentée et annotée par Régis Tettamanzi, professeur de littérature française à l'université de Nantes, précise l'hebdomadaire l'Express.

Sur son site Facebook, l'éditeur, Rémi Ferland, confirme cette publication dans un ouvrage unique intitulé "Ecrits polémiques" et regroupant "Bagatelle pour un massacre" (1937), "L'école des cadavres" (1938), et "Les beaux draps" (1941).

"Plus ces textes sont cachés et plus ils deviennent attrayants. Ce sont bien sûr des textes haineux, mais datés et éventés", a-t-il dit au quotidien canadien Le devoir.

Dans ces pamphlets, l'écrivain, qui continue cinquante ans après sa mort de faire polémique, se présente comme un "ami d'Hitler" et "ami des Allemands".

En 2011, François Gibault, avocat de la famille et biographe de Céline, affirmait que la veuve de l'auteur, Lucette Destouches, qui a cent ans, refusait toujours que ces textes soient réédités en France, conformément à la volonté de son époux.

"Comme Mme Céline, je suis contre la réédition de ces pamphlets", expliquait-il aux Inrocks. "Ce serait même de la provocation, car ce sont des livres de circonstance écrits à une époque donnée. (...) Quand il les a écrits, Céline ne connaissait pas l'existence des camps de concentration."

Selon l'Express, des exemplaires de l'époque de ces pamphlets circulent en France par le biais des bouquinistes et de sites spécialisés malgré l'opposition de Lucette Destouches.

Mais au Canada, où la loi prévoit qu'une oeuvre tombe dans le domaine public cinquante ans après le décès de son auteur, ils peuvent être publiés légalement.

Louis-Ferdinand Destouches, né le 27 mai 1894 à Courbevoie, est mort le 1er juillet 1961 à Meudon, près de Paris.

Il est considéré comme l'un des plus grands novateurs de la littérature française du XXe siècle.

Mais l'écrivain, qui avait affiché son soutien à l'Allemagne nazie, a fui la France, puis a été condamné en 1950 pour collaboration avant d'obtenir l'amnistie un an plus tard au titre de "grand invalide de guerre".

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant