Les Palestiniens transmettent de nouvelles données à la CPI

le
0

LA HAYE, 30 octobre (Reuters) - L'Autorité palestinienne a transmis à la Cour pénale internationale (CPI) de nouveaux éléments pour tenter d'obtenir l'adjonction des dernières violences dans les territoires palestiniens à son enquête liée au conflit de l'été 2014 dans la bande de Gaza. A sa sortie de la CPI, le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al Maliki, a déclaré que le nouveau dossier, le troisième qu'il présente cette année, contenait des preuves "d'exécutions extrajudiciaires, de démolition d'habitations, de sanctions collectives", y compris de fait remontant aux 40 derniers jours. "Nous avons pris aussi des exemples de cas qui se sont vraiment produits ces 40 derniers jours d'agression d'Israël contre les Palestiniens innocents autour des territoires occupés", a déclaré le ministre à la presse après une réunion avec la procureure de la CPI Fatou Bensouda. L'Autorité palestinienne a adhéré à la CPI au début de l'année, suscitant des protestations de la part d'Israël, des Etats-Unis et de plusieurs pays européens, qui ont dit craindre qu'une action en justice à la Haye risquait de retarder le processus de paix. La CPI a ouvert une enquête préliminaire sur les crimes dont s'accusent mutuellement Israéliens et Palestiniens dans la guerre de 50 jours qui a fait 2.100 morts côté palestinien, pour la plupart des civils, à l'été 2014 dans la bande de Gaza. Mais tous les accès à l'enclave palestinienne étant contrôlés par Israël, les responsables de La Haye n'ont pas encore pu se rendre sur place. "Ils ont promis qu'ils poursuivraient leurs efforts pour obtenir les autorisations (...) d'une visite. Nous avons déjà répondu positivement et nous attendons toujours la même chose du côté israélien", a déclaré Riyad al Maliki. (Thomas Escritt; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant