Les outrances de l'accusé Carlos

le
0
Il a dénoncé mardi «le lobby vichyste» et ses conditions de détention.

Carlos veut une bouilloire. Carlos veut du pain frais. Carlos veut qu'on lui rende son seyant «petit blouson de cuir». Carlos veut tenir conférence de presse. Carlos décrète que Me Francis Szpiner, son principal adversaire de la partie civile, est «un grand avocat», mais que ce n'est pas le cas des autres. Carlos rappelle en pleine audience l'un de ses trois conseils, Me Vuillemin, qui s'éloigne du box, en criant son prénom comme s'il sifflait un valet de pied... Au deuxième jour de son procès, le Vénézuélien (et «Palestinien d'honneur») Illich Ramirez Sanchez, 62 ans, accusé d'avoir organisé quatre attentats en 1982 et 1983 (11 morts et quelque 150 blessés), se tient comme un gamin capricieux.

En début de matinée, Me Vuillemin dénonce les conditions d'incarcération de son client qui, affirme-t-il, ont conduit ce dernier à mener une grève de la faim très sévère pour protester contre son placement à l'isolement. Cet épisode est contesté par l'Administ

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant