Les otages français en danger après la mort d'Abou Zeid

le
0
INFOGRAPHIE - Selon le président tchadien Idriss Deby, le chef de la branche sahélienne d'al-Qaida a été tué par ses soldats au nord du Mali.

Les dernières incertitudes sur le sort d'Abdelhamid Abou Zeid se sont levées vendredi soir avec la déclaration d'Idriss Deby. Des soldats tchadiens ont abattu Abdelhamid Abou Zeid, «émir» d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), lors d'affrontements dans le nord du Mali, a annoncé vendredi le président tchadien. Une quarantaine d'islamistes armés sont morts dans les combats qui les ont opposés au sol le 23 février au contingent tchadien et aux forces spéciales françaises renforcés par l'aviation française.

La disparition de ce spécialiste de la gestion du commerce des otages occidentaux pourrait être lourde de conséquences pour les captifs français enlevés dans la région par les salafistes. «C'est un coup de massue», déclare Françoise Larribe, l'épouse de l'otage Daniel Larribe, un employé d'Areva kidnappé en sept...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant