Les opticiens dénoncent les méthodes des mutuelles

le
0
Ils les accusent de différencier les remboursements des montures et des verres en fonction du réseau.

Paradoxe de l'optique: alors que cette filière veut une nouvelle fois démontrer sa vitalité au Salon mondial de l'optique (Silmo), qui ouvre ses portes aujourd'hui à Paris-Nord Villepinte, les opticiens s'inquiètent pour leur avenir.

Derrière le strass des montures se dissimule le stress d'une profession au dynamisme en trompe-l'½il. L'institut GfK indique certes que le réseau a bondi de 9.500 à 11.400 magasins entre 2006 et juin 2012. Mais, dans le même temps, relève GfK, le chiffre d'affaires n'a progressé que de 625 millions (à 5,6 milliards). «Les chiffres d'affaires et résultats d'exploitation des magasins sont en recul, et les revenus des opticiens sont en baisse à environ 2,40 euros par mois en moyenne», explique Alain Gerbel, président de la Fédération nationale des opticiens de France.

Le marché est délicat: la hausse de 0,7 % en valeur des verres correcteurs (57 % du marché) s'est accompagnée d'une érosion de 0,2 % des actes d'achats. «Le nom

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant