Les opposants syriens saluent la chute de Kadhafi

le
0
Confronté à une contestation qui ne donne aucun signe d'essoufflement, Bachar el-Assad pariait sur le pourrissement de la situation en Libye.

«C'est vrai, ce n'est pas une bonne nouvelle pour la Syrie, reconnaît à Damas un journaliste favorable au régime de Bachar el-Assad. Mais notre pays n'est pas la Libye, ajoute-t-il. Nous avons des voisins turbulents comme l'Irak, Israël et le Liban. L'Otan ne pourra jamais intervenir ici.»

Confronté à une contestation qui ne donne aucun signe d'essoufflement, le raïs syrien pariait sur le pourrissement de la situation en Libye. À ses yeux, tout enlisement des rebelles libyens appuyés par l'Otan soulignerait l'inefficacité d'une intervention militaire extérieure et, a contrario, la capacité d'un leader arabe à se maintenir en place, fût-ce contre le désir d'une grande partie de son peuple.

Mardi, alors que les diplomates libyens en poste à Damas annonçaient leur ralliement au Conseil national de transition, la presse officielle syrienne s'est montrée discrète sur les «événements» en Libye, pays avec lequel Damas entretenait d'excellentes relations, formant notam

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant