Les opposants russes harcelés par la police

le
0
REPORTAGE - Depuis plusieurs semaines, la police russe traque et menace les figures de la contestation au régime de Vladimir Poutine.

Correspondant à Moscou

Les yeux cernés, les gestes d'agacement trahissent, chez Maria Boronova, une évidente tension. Équipé d'une minicaméra, son compagnon filme systématiquement les visiteurs qui entrent dans leur appartement moscovite. La vie ordinaire de cette jeune femme de 28 ans, ancienne assistante de Lev Ponomarev, un député d'opposition en pointe dans la contestation à Vladimir Poutine, a basculé dans un univers kafkaïen et angoissant depuis le 10 juin, lorsque son appartement a été perquisitionné.

Ce matin-là, la femme de ménage a, dans un premier temps, refusé d'ouvrir. Mais le bruit de la scie circulaire actionnée par les policiers l'a rapidement fait changer d'avis. À l'issue du raid, ces derniers ont confisqué quatre ordinateurs portables, une imprimante, un appareil photo, des cartes SIM, les téléphones portables, trois DVD consacrés au «vrai Poutine», quinze morceaux de tissu blanc, symbole de la contestation au pouvoir, deux rapports sur Po

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant