Les opposants aux limitations de vitesse ont tenu colloque au Sénat

le
0
Les opposants aux limitations de vitesse ont tenu colloque au Sénat
Les opposants aux limitations de vitesse ont tenu colloque au Sénat

Dix jours après les manifestations de «motards en colère» contre un abaissement de la vitesse maximale de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires, les opposants à ce projet se sont réunis ce mardi au Sénat, le temps d'un colloque, pour montrer leur détermination.

«Réduire la vitesse de 10 km/h créerait 100 000 chômeurs de plus», a assuré Bernard Beauzamy, l'un des participants de l'événement organisé par La Ligue de défense des conducteurs. Avec cette affirmation, donnée sans plus de précision, le polytechnicien et PDG de la «Société de calcul mathématique» a recueilli les applaudissements nourris de la centaine de participants. Il a assuré que les études sur les vitesses utilisées par la sécurité routière n'ont «aucun fondement scientifique» mais sont «pourtant à la base de décisions politiques».

Une mesure encore à l'étude

Le 16 mai, le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) donnera un avis consultatif sur des recommandations pour réduire le nombre d'accidents de la route. Parmi celles-ci, figure le passage à 80 km/h qui pourrait, selon des experts, épargner chaque année 450 vies. Il reviendra ensuite au Comité interministériel de la sécurité routière (CRIS) de suivre ou non cette proposition, qui serait ensuite appliquée ou non par le gouvernement. Mais Manuel Valls disait en janvier souhaiter que cette mesure s'applique dès cette année «dans quelques départements».

Les opposants à la limitation à 80 km/h sont mobilisés depuis plusieurs mois. Ils assurent que cette mesure ne fera pas baisser le nombre des morts sur la route et ne vise qu'à remplir les caisses de Bercy grâce au «racket des radars». Les recettes des radars automatiques, vivement dénoncée notamment la Fédération française des motards en colère et l'association 40 Millions d'automobilistes, se sont élevées en 2013 à 708 millions d'euros et ont été utilisées pour leur entretien et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant