Les opposants au mariage gay renoncent aux Champs-Elysées

le
3
LES OPPOSANTS AU MARIAGE HOMOSEXUELS NE POURRONT PAS DÉFILER SUR LES CHAMPS-ÉLYSÉES
LES OPPOSANTS AU MARIAGE HOMOSEXUELS NE POURRONT PAS DÉFILER SUR LES CHAMPS-ÉLYSÉES

PARIS (Reuters) - Les opposants au projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe défileront dimanche à Paris de l'avenue de la Grande-Armée jusqu'à la place de l'Etoile, au lieu de suivre les Champs-Elysées comme ils l'espéraient.

"Tous ensemble nous y interpellerons le président de la République pour qu'il retire le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour tous et qu'il le soumette par référendum aux seuls décideurs légitimes : le peuple souverain", indique le collectif "la manif pour tous" dans un communiqué.

Le cortège passera par l'avenue Charles-de-Gaulle à Neuilly (Hauts-de-Seine) pour monter par la porte Maillot sur l'avenue de la Grande Armée avant un rassemblement prévu devant l'Arc de Triomphe où un podium sera dressé.

Le tribunal administratif avait confirmé mercredi l'interdiction de défiler sur la prestigieuse avenue qui leur avait été signifiée par le ministre de l'Intérieur.

Il avait en revanche donné son accord pour le trajet alternatif porte Maillot-place Charles-de-Gaulle Etoile via l'avenue de la Grande-Armée.

En dépit de ce contretemps, les organisateurs espèrent réunir plus d'opposants au mariage gay qu'à l'occasion de la manifestation du 13 janvier dernier. La préfecture de police avait alors recensé 340.000 participants.

Les autorités ont refusé le défilé sur les Champs-Elysées en invoquant "la proximité géographique de plusieurs institutions sensibles", dont le palais de l'Elysée et l'ambassade américaine.

"CENSURER LE GOUVERNEMENT"

Le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les homosexuels, la plus importante réforme sociétale depuis l'abolition de la peine de mort en 1981, a été voté le 11 février par les députés à l'issue d'un débat marathon émaillé d'incidents.

Le texte sera examiné en séance publique par les sénateurs à partir du jeudi 4 avril, l'objectif du gouvernement étant que la réforme soit définitivement adoptée avant les vacances d'été.

Dans une interview au Figaro daté de vendredi, le député UMP Henri Guaino appelle à "censurer le gouvernement dans la rue".

"Nous sommes confrontés à un gouvernement qui se croit tout permis, qui se comporte comme si les Français lui avait donné un chèque en blanc pour tout casser", estime l'ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy et auteur d'un manifeste contre le projet de loi.

"Puisque l'on ne peut pas censurer le gouvernement au Parlement, il faut le censurer dans la rue. Dimanche il faut faire comprendre à ce gouvernement qui ne veut rien entendre qu'il doit écouter et respecter les Français", ajoute-t-il.

Pour le député des Yvelines, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault tente "de détourner l'attention de son incapacité à affronter une crise économique et sociale dramatique, le rend doublement coupable."

Mercredi, la commission des Lois du Sénat, saisie au fond, et celle des Affaires sociales, saisie pour avis, ont adopté le projet de loi en y apportant des modifications

Gérard Bon, avec Marine Pennetier, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • p.bernus le vendredi 22 mar 2013 à 14:06

    Tiens! les homos ont des chats à fouetter

  • manx750 le vendredi 22 mar 2013 à 13:46

    Les organisateurs se sont fait bannanés par le gouvernement qui a attendu le dernier moment pour autoriser la manifestation ; résultat : des milliers de manifestants, de province, pas informés à temps, ne se déplaceront pas. C'est ainsi que la liberté de manifester et le droit des citoyens est respecté en france en 2013 ! vive la hollandie socialiste démocratique et populaire !

  • M835627 le vendredi 22 mar 2013 à 12:19

    Que cette bande d'agités du bocal reste à la maison ou qu'elle défile à Neuilly ( tout un symbole), tout le monde s'en tape! On a vraiment d'autres chats à fouetter que d'écouter Civitas et ses affidés