Les opérations anti-drogue ont fait 2.000 morts aux Philippines

le
0
    MANILLE, 30 août (Reuters) - Deux mille personnes ont été 
tuées aux Philippines dans le cadre des opérations anti-drogue 
du président Rodrigo Duterte, élu il y a deux mois sur la 
promesse de mettre fin au trafic de stupéfiants, selon des 
chiffres communiqués mardi par la police nationale philippine. 
    La police a indiqué que près de 900 trafiquants et 
consommateurs de drogue ont été tués lors d'opérations de police 
entre le 1er juillet et le 20 août, soit 20 morts par jour en 
moyenne. 
    La semaine dernière, la police avait annoncé qu'une enquête 
avait été ouverte sur la mort de 1.100 personnes liées au trafic 
de drogue, ce qui porte le nombre total de victimes à 2.000. 
    Deux experts des droits de l'homme à l'Onu ont récemment 
appelé les Philippines à arrêter les exécutions sommaires, 
déclenchant la colère de Rodrigo Duterte.  
    Le président philippin a menacé de se retirer de 
l'organisation en proposant à d'autres pays comme la Chine d'en 
former une concurrente, avant que le ministre philippin des 
Affaires étrangères ne revienne sur la menace.   
    Le responsable de la communication du président, Martin 
Andanar, a indiqué lundi qu'une brochure de 40 pages et une 
publicité de trente secondes expliquant la campagne anti-drogue 
et les exécutions seraient diffusées la semaine prochaine. 
    "Certaines personnes à l'étranger doivent comprendre 
pourquoi autant de personnes se font tuer dans la campagne 
anti-drogue. Ils doivent comprendre que c'est une guerre et 
qu'il y a des victimes", a déclaré Martin Andanar. 
     
 
 (Manuel Mogato, Laura Martin pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant