Les opérateurs attendent un renouveau du lancement de la 4G

le
0
Les opérateurs attendent un renouveau du lancement de la 4G
Les opérateurs attendent un renouveau du lancement de la 4G

La téléphonie mobile de quatrième génération est désormais une réalité, avec la commercialisation des premiers forfaits Bouygues Telecom, et les professionnels, malmenés par une concurrence intense, en espèrent un redressement de leurs marges et de l'emploi.Le choc de l'arrivée d'un quatrième opérateur (Free Mobile) sur le marché français désormais absorbé, "on se retrouve à nouveau dans une phase de création de valeur et d'emploi", a déclaré mardi la ministre déléguée à l?Économie numérique et à l'Innovation Fleur Pellerin depuis le Technocentre de Bouygues Telecom à Meudon (région parisienne).Bouygues Telecom "avait été très impacté par l'arrivée d'un quatrième opérateur", a rappelé le patron de la société mère Martin Bouygues. "Nous avions besoin de réorganiser l'entreprise et de nous remettre dans une dynamique de conquête".Et c'est sur la 4G que l'opérateur fonde de grands espoirs pour redresser ses comptes.Bouygues Telecom a profité de ce lancement pour annoncer l'embauche de 200 conseillers clientèles en CDI, montrant ainsi que la 4G va permettre de créer de l'activité."Les embauches ont déjà commencé, avec 70 personnes embauchées en CDI. De nouveaux services vont émerger et il va falloir faire un effort d'information important", a expliqué le PDG de l'opérateur Olivier Roussat.La 4G permet d'utiliser un appareil portable, téléphone ou tablette, dans des conditions de confort et de rapidité comparables à celles du câble."La 4G est une réalité sur l'ensemble du territoire. Le déploiement est un succès, avec l'ensemble des opérateurs qui investissent dans les infrastructures", a estimé la ministre.Les opérateurs se sont lancés dans une course effrénée pour avoir le plus rapidement possible un réseau 4G, et pouvoir proposer à leurs clients des services additionnels.L'Agence nationale des fréquences a annoncé mardi une hausse de 21% des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant