Les «oligarques» américains pèsent sur la campagne

le
0
Depuis l'apparition des comités d'action politique (PAC) en 2010, la présidentielle américaine peut être financée sans limite par des citoyens ou des entreprises.

Avec qui Paul Ryan, le colistier du candidat républicain Mitt Romney, avait-il rendez-vous le 14 août dans une chambre de l'hôtel-casino Venetian de Las Vegas? Le secret de Polichinelle fut rapidement éventé: il s'agissait de Sheldon Adelson, propriétaire des casinos Las Vegas Sands et très généreux donateur pro-républicain dans la course à la Maison-Blanche.

Ayant promis au total 100 millions de dollars pour installer Romney à la magistrature suprême, Adelson pouvait se permettre de convoquer Ryan séance tenante, afin de jauger sur pièce le jeune parlementaire du Wisconsin. «Il y a fort à parier qu'Israël a été mis sur la table», assure un proche du magnat, Adelson exigeant des candidats auxquels il apporte son aide qu'ils se muent en farouches défenseurs de l'État hébreu. Ryan se devait d'aller prêter allégeance au roi des machines à sous dans le Nevada.

Annoncé comme particulièrement «sale» à cause du volume sans précédent de negative ads («publici

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant