Les Occidentaux recadrent l'opposition syrienne

le
0
Le Conseil national syrien a accouché, à Istanbul, d'une «charte» politique préparant l'après-el-Assad

Et soudain, le miracle se produisit. Miné par les divisions, il y a deux semaines encore, le Conseil national syrien (CNS) vient miraculeusement d'accoucher d'une «charte », sorte de projet poli­tique dessinant la Syrie de l'après-el-Assad. Cette avancée a eu lieu à Istanbul juste avant la conférence des «Amis de la Syrie ». Elle doit beaucoup à l'acti­visme en coulisses des diplomates français et américains. Jusqu'à maintenant, les parrains occidentaux du CNS lui reprochaient une double incapacité: à unifier l'opposition, et à rassurer les minorités religieuses ou ethniques. «Tout le monde voulant être chef, nous avons finalement renoncé à organiser le CNS, avoue un diplomate français, mais nous avons réussi à les faire accoucher d'un projet commun.»

En échange d'une reconnaissance internationale, qui ne devrait pas encore intervenir à Istanbul, Français et Américains ont exigé que cette charte mentionne le caractère «civil » (c'est-à-

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant