Les objets connectés, une nouvelle proie pour les cyberpirates

le
0
Les objets connectés, une nouvelle proie pour les cyberpirates
Les objets connectés, une nouvelle proie pour les cyberpirates

Les pirates informatiques n'en ont pas qu'après votre ordinateur. Des voitures aux systèmes de sécurité des maisons, en passant par les fusils de précision, l'essor des objets connectés leur offre de nouvelles opportunités d'attaques.Cela s'annonce comme une thématique centrale de la conférence Black Hat sur la sécurité informatique, qui démarre dimanche à Las Vegas, et du rassemblement de pirates Def Con qui suivra."Les objets connectés sont clairement l'une des grandes nouvelles frontières", estime Christopher Kruegel, co-fondateur de la société de cybersécurité Lastline et professeur d'informatique dans une université de Californie.Une présentation prévue à Las Vegas est par exemple consacrée à la manière de reprogrammer des fusils de précision pour en changer la cible.Une autre devrait revenir sur le piratage ayant poussé récemment le constructeur automobile Fiat Chrysler à rappeler 1,4 million de véhicules aux Etats-Unis.Des chercheurs en cybersécurité, Charlie Miller et Chris Valasek, ont affirmé avoir pris le contrôle d'une de ses Jeep Cherokee par l'intermédiaire du système électronique de divertissement embarqué.Le conducteur, un journaliste du site spécialisé Wired, a décrit comment il avait vu la radio du véhicule commencer à fonctionner toute seule, les essuie-glaces se déclencher, le moteur ralentir puis se couper, ou la commande des freins disparaître.Les deux chercheurs ont promis des détails à Las Vegas. "Nous montrerons la réalité du piratage des voitures en faisant la démonstration exacte de la manière dont une attaque à distance fonctionne contre un véhicule inaltéré et sortant d'usine", ont-ils annoncé.- Menace réelle - Raj Samani, vice-président chargé de la sécurité chez le fabricant de semi-conducteurs Intel, se souvient d'une ancienne démonstration sur le piratage d'un système d'accélération de voitures. L'une d'entre elle était rentrée dans un mur. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant