Les nuits dangereuses des somnambules

le
0
Les risques auxquels sont exposés les somnambules et leurs proches sont sous-estimés, et méritent que l'on prenne cette maladie plus au sérieux, conclut une étude française. » Le somnambulisme chez l'enfant

Yeux fermés, bras en avant, marchant d'un pas lent mais sûr, le somnambule jouit dans l'imaginaire collectif d'une image plutôt calme. Mais la réalité peut parfois s'avérer plus mouvementée: chute, saccage de chambre, jet d'objets, voire même, dans des cas heureusement exceptionnels, des accidents dramatiques comme cet homme devenu tétraplégique après être tombé dans les escaliers. Or, ce trouble du sommeil, qui concerne au moins 4% de la population, a tendance à être banalisé, voire même ignoré par la médecine de ville, déplore le Pr Yves Dauvilliers, directeur du laboratoire du sommeil à l'hôpital Gui-de-Chauliac à Montpellier, qui vient de publier une étude sur le sujet. «Cette pathologie n'a rien de banal et peut être grave pour le malade comme pour ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant