Les nouvelles technologies brillent en Chine, malgré le ralentissement de la croissance

le
0
Les nouvelles technologies brillent en Chine, malgré le ralentissement de la croissance
Les nouvelles technologies brillent en Chine, malgré le ralentissement de la croissance

Malgré le ralentissement de sa croissance, la Chine accélère sur les technologies de l'information: le pays investit, copie et innove pour s'arracher à son statut d'usine du monde, des efforts salués au CeBIT, le salon high-tech de Hanovre en Allemagne.Cette grand-messe de l'industrie informatique (du 16 au 20 mars) a fait de la Chine son invitée d'honneur cette année."La Chine est déjà le marché des technologies de l'information et de la communication à la plus forte croissance dans le monde", s'est félicité le vice-Premier ministre chinois Ma Kai, en ouverture du salon.L'Empire du Milieu a renoncé à sa croissance du PIB à deux chiffres, mais Pékin veut voir son industrie "évoluer vers le moyen et haut de gamme". La Chine reste un fabricant de composants électroniques bon marché, mais se diversifie à marche forcée.Les dépenses chinoises dans les technologies de l'information (IT) représenteront à elles seules 43% de la croissance mondiale du secteur en 2015, selon les prévisions du cabinet spécialisé IDC.La Chine "n'est plus seulement l'usine du monde", pointe Kitty Fok, une analyste d'IDC.Dans les smartphones, par exemple, les constructeurs Huawei, Xiaomi, Lenovo ou ZTE roulent des mécaniques sur leurs stands à Hanovre. Inconnus il y a dix ans, ils ont conquis le marché chinois et jouent désormais les trouble-fêtes dans le duel au sommet entre l'américain Apple et le sud-coréen Samsung.Presque 500 millions de smartphones devraient se vendre en Chine en 2015, un tiers des ventes mondiales, selon les prévisions d'IDC. 85% d'entre eux le seront par des champions nationaux."La Chine est un marché suffisamment gros pour permettre à une marque chinoise de devenir une marque mondiale", résume Mme Fok. - Copie ou innovation ? - L'Etat protectionniste assure aussi aux entreprises chinoises leur domination sur le marché domestique, rappelle Hauke Gierow, chercheur à l'institut Mercator ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant