Les nouvelles révélations de Galtier sur son altercation avec Gallardo

le
0
Les nouvelles révélations de Galtier sur son altercation avec Gallardo
Les nouvelles révélations de Galtier sur son altercation avec Gallardo

Près de seize ans après les faits, Christophe Galtier a longuement évoqué son altercation avec Marcelo Gallardo dans les couloirs du stade Vélodrome à la mi-temps d'un match entre Marseille et Monaco. Dans les colonnes de So Foot, l'actuel entraîneur de Saint-Etienne nie avoir frappé l'Argentin.

Seize ans après, la cicatrice ne s’est pas refermée. Accusé d’avoir frappé Marcelo Gallardo à la mi-temps d’un match entre Marseille et Monaco, le 7 avril 2000 dans les couloirs du Vélodrome, Christophe Galtier ne digère pas. Celui qui était alors adjoint de Bernardo Casoni continue de nier avoir porté un coup par derrière au milieu de terrain argentin, ce jeudi dans les colonnes de So Foot. « Je ne l’ai jamais frappé, jamais, se défend l’entraîneur de Saint-Etienne. S’il y a un gars qui a hyper protégé tout le monde pour éviter qu’il y ait des incidents, c’est moi. Marcelo est un très grand joueur, mais il pouvait faire péter les plombs à un adversaire. C’était un provocateur, il allait loin. Il crachait à la figure, il insultait tout le monde. Il pense que je l’ai frappé par derrière. Il y avait trois personnes à côté de lui à ce moment-là. Et dans ces trois-là, il y en a deux qui l’ont attrapé, il a fini en morceaux, mais moi, je ne l’ai jamais pris par les cheveux… »

Galtier a porté le chapeau pour sauver l’OM

Ce soir-là, les coéquipiers d’Ibrahima Bakayoko, double buteur contre l’ASM, avait fait chuter le leader monégasque (4-2). A l’époque des faits, Christophe Galtier avait écopé de six mois de suspension. Une sanction acceptée par l’ancien défenseur, qui explique aujourd’hui avoir porté le chapeau pour protéger le club phocéen, en grande difficulté à l’époque. « Il faut se rappeler que l’OM, à ce moment-là, peut avoir match perdu, et si c’est le cas, on est relégués… (ndlr : l’OM terminera la saison à égalité de points avec Nancy, le premier relégable, mais avec une meilleure différence de buts) Ceux qui l’ont fait sont allés voir le président. Mais ça s’est passé en interne. Les dirigeants avaient cinq jours pour sauver la vie du club. Aux différentes commissions, ils se sont contentés de déclarer que la sécurité était bien en place et que la caméra s’est débranchée par hasard. Il a donc fallu que je raconte non pas ma version des faits, mais les faits… »

« Le jour où je partirai, je serai en larmes »

Un épisode qui a longtemps collé à la peau du technicien de 49 ans. Après son départ de la Canebière en 2001, Christophe Galtier a enchaîné les courtes expériences d’adjoint en Grèce, à Bastia puis aux Emirats, où il rencontrera Alain Perrin. Dans les pas de l’ancien coach de Troyes, Galtier s’est affirmé, remportant une Coupe de France à Sochaux et réalisant le doublé Coupe-Championnat à Lyon. A Saint-Etienne, le duo fut finalement séparé par les mauvais résultats des Verts. Nommé entraîneur principal à la place de Perrin en 2009, le natif de Marseille n’a plus quitté le banc forézien depuis. Après sept ans passés à Saint-Etienne, un départ en fin de saison n’est pas à exclure, bien que l’intéressé se dise extrêmement attaché au club stéphanois. « Je ne suis pas lassé d'être là, affirme-t-il dans So Foot. Le jour où je partirai d'ici, je serai en larmes. L'ASSE, c'est en moi. Je serai là tant que les dirigeants voudront de moi. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant