Les nouveaux produits d'épargne sont encore peu connus des Français

le
0

(NEWSManagers.com) - Les nouveaux produits d'épargne mis en place par le gouvernement, PEA-PME, assurance-vie, Eurocroissance et Vie-Génération, sont encore peu connus des Français, selon le sondage annuel du Cercle des Epargnants sur le thème " Les Français, l'épargne et la retraite" .

Seul le PEA-PME, qui n'est certainement pas un produit de masse, atteint une certaine notoriété avec 25% des personnes interrogées en ayant entendu parler. Même mieux informés sur le sujet par le questionnement de l'enquête, seuls 3% à 4% des interviewés déclarent une envie ?donc théorique- de souscrire pour chacun d'entre eux.

Il reste que la bataille de la notoriété est essentielle pour les produits financiers comme le montre par ailleurs le succès limité du PERP. Après dix ans d'existence, ce produit individuel d'épargne en vue de la retraite n'obtient qu'un taux de notorité de 21% et reste en dessous de 50% parmi les patrimoines aisés. Seuls 5% des interviewés déclarent avoir souscrit un PERP.

L'enquête montre par ailleurs que malgré la réforme de 2013, la question du financement des retraites reste pour les Français toujours aussi préoccupante. On observe ainsi que 58% des personnes interrogées la citent en tête des questions sociales, soit deux points de plus qu'en 2013 et quatre points de plus qu'en 2012. En outre, l'inquiétude pour sa propre retraite qui, il y a un an avait atteint son plus haut niveau depuis la création du Baromètre du Cercle des Epargnants ne recule pas / 67% des Français se déclarent inquiets pour leur retraite, score qui culmine chez les jeunes, les ouvriers et les employés.

Autre enseignement sur le dossier de la retraite, les Français surestiment de 15 à 20 points leur niveau de revenu lorsqu'ils seront à la retraite. En moyenne, les actifs pensent conserver environ 70% de leur revenu d'activité, avec une nette surévaluation des classes moyennes et plus encore des cadres supérieurs.

Avec la crise, c'est sans doute un élément d'explication de la baisse de l'effort d'épargne pour préparer sa retraite. Début 2014, ils ne sont plus que 51% à déclarer le faire au lieu de 59% en 2010. La crise pousse aussi de plus en plus de Français à puiser dans leur bas de laine. En 2014, plus de la moitié des Français (57%) toucheront à leur épargne soit en effectuant des retraits, soit en réalisant des versements, contre 37% en 2010. La stagnation des revenus les incite à puiser dans leur épargne pour maintenir leur niveau de vie alors que la montée du chômage incite, par ailleurs, à renforcer leur effort d'épargne de précaution. Dans ce contexte contraint, l'épargne pour la retraite, pourtant prioritaire, ne l'est plus vraiment?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant