Les nouveaux PEL moins rémunérés

le
0

Depuis le 1er février, le plan d’épargne logement est moins rémunérateur mais plus attractif en matière d’emprunt immobilier.

Les plans souscrits depuis le 1er février ne sont plus rémunérés que 2 % par an, soit 1,69 % après prélèvements sociaux contre 2,5 % par an avant (2,11 % après prélèvement sociaux de 15,5 %). Ce placement sans risque est dorénavant moins intéressant. Son taux se rapproche de celui du Livret A (1 % net), plus liquide et moins contraignant. Avec un PEL, les épargnants doivent en effet rester investis au minimum quatre ans.

«Le nouveau taux du PEL risque de renforcer l’attrait des Français pour l’assurance-vie», estime Cyril Blesson, associé chez Pair Conseil. D’autant que le rendement des fonds en euros est meilleur que prévu. Plusieurs compagnies ont même annoncé des taux supérieurs à 3 % (avant prélèvements sociaux).

Les nouveaux PEL sont en revanche plus attractifs en matière d’emprunt immobilier. Le taux auquel les épargnants peuvent s’endetter quatre ans après avoir souscrit leur contrat, est ramené de 4,2 % à 3,2 %. Certes, ce taux paraît encore éloigné de la réalité du marché des crédits immobiliers. Mais la période est exceptionnelle. Les taux d’intérêt aujourd’hui au plancher, pourraient remonter à l’avenir, entraînant dans leur sillage les prêts immobiliers. «Un taux de crédit immobilier à 3,2 % est traditionnellement bas», soulignent les professionnels du crédit.

A l’avenir, le plan d’épargne logement pourrait retrouver sa vraie nature: servir à épargner pour financer l’achat d’un logement. Généralement, l’épargne sert d’apport personnel (les dépôts sont plafonnés à 61.200 €). Et il est possible d’emprunter 92.000 €.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant