Les nouveaux fronts de la guerre des drones

le
0
INFOGRAPHIE - Le recours accru à ces avions pilotés à distance suscite des interrogations parmi les experts militaires, qui redoutent les effets pervers de cette nouvelle arme.

Un MQ-1 Predator de l'armée américaine. Ces drones ultrasophistiqués et contrôlés depuis Creech, au Nevada, ou Langley, en Virginie, servent à monter des opérations d'espionnage ou d'élimination et à frapper à distance en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen.
Un MQ-1 Predator de l'armée américaine. Ces drones ultrasophistiqués et contrôlés depuis Creech, au Nevada, ou Langley, en Virginie, servent à monter des opérations d'espionnage ou d'élimination et à frapper à distance en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie ou au Yémen. Crédits photo : U.S. Air Force photo/U.S. Air Force photo

De notre correspondante à Washington

Tous les matins, après avoir embrassé leur femme et leurs enfants, des dizaines de pilotes américains rejoignent la base de l'US Air Force de Creech, au milieu du désert du Nevada, ou celle de Langley au siège de la CIA, en Virginie, pour y faire la guerre. Installés dans un immeuble hautement sécurisé, ils s'asseyent devant des tableaux de bord avec un équipier, et la main posée sur leur manche de pilotage, partent au combat par drones interposés, contre un ennemi situé à des milliers de kilomètres.

Leurs missions consistent à piloter des opérations de renseignement destinées à fac

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant