Les nouveaux combats de Montebourg

le
0
Le député de Saône-et-Loire continue de mettre en garde contre l'Allemagne. «Vouloir exporter le modèle allemand, c'est vouloir ruiner toute l'Europe», affirme-t-il.

Que reste-t-il de la démondialisation? Qu'est devenu ce thème qui avait fait la bonne fortune d'Arnaud Montebourg durant la primaire du PS, lui permettant de s'installer à la troisième place et de distancer Ségolène Royal? Passée au tamis du projet de François Hollande, la démondialisation paraît désormais bien terne. Assez éloignée en tout cas des menaces de «mise sous tutelle des banques» d'«interdiction de la spéculation» de «dissolution des agences de notation» ou de «mise au pas du système financier» que brandissait Arnaud Montebourg à l'époque. Depuis, il a baissé d'un ton. En comparaison, les attaques de François Hollande contre la finance paraissent bien affadies.

Exigence d'unité des socialistes oblige, Arnaud Montebourg a mis une bonne dose d'eau sociale-démocrate dans son vin antilibéral. Mais il s'y retrouve. Ou du moins il l'assure. Les éléments de la démondialisation dans le projet de François Hollande? «Ils y sont... mais en pièces

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant