Les nouveaux acteurs du piratage en ligne

le
1
Un an après la fermeture de Megaupload, de nouveaux champions du téléchargement ont fini par émerger au cours de l'été.

La fermeture de Megaupload a pris de court les habitués du piratage. Le site de Kim Dotcom hébergeait des centaines de milliers de films, de séries, de musiques, de livres et de logiciels, mis en ligne sans l'accord des ayants droit et téléchargeables gratuitement. Lorsque le FBI a déconnecté les serveurs, tout un pan de la piraterie a d'un coup disparu des réseaux.

Les pirates ont dû trouver d'autres plates-formes pour stocker leurs fichiers. Par peur de subir le même sort que Megaupload, ses concurrents ont supprimé en masse des contenus soumis aux droits d'auteur. Cette confusion a profité un temps à l'offre légale. «On a noté une progression de la vidéo à la demande payante durant quatre à cinq semaines, de l'ordre de 25 %, mais cela n'a pas duré», reconnaît Jean-Yves Mirski, délégué général du Syndicat de l'édition vidéo numé...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • denme le lundi 21 jan 2013 à 10:54

    x)d'où la nécessité d'un modèle de streaming a double vitesse : low pour le gratuit et rapide pour le payant.Le gratuit est le système publicitaire le plus efficace qui soit.Si cette offre était établie dans un cadre légal, les artistes n'auraient aucun souci de financement.Mais les majors veulent le beurre, l'argent du beurre, la crémière et le pot au lait.