Les notes du champion d'Espagne

le
0
Les notes du champion d'Espagne
Les notes du champion d'Espagne

À la traîne à la mi-saison, le Barça a fait plus que rattraper son retard sur le Real Madrid. Champions légitimes, les Blaugrana restent dépendants de leur trio offensif, mais doivent ce titre à une défense retrouvée et un milieu versatile.

Claudio Bravo (8) : Débarqué sur le bout des doigts après un Mondial brassard au biceps, Claudio a illico été cloué au pilori suite à une bévue face à Naples. Heureusement, c'était en amical. Depuis, le portier chilien s'est octroyé le trophée Zamora et a rassuré toute sa défense. Seul bémol, son jeu au pied n'est pas celui de VV, encore moins de Marc-André. Bravo Claudio.

Marc-André ter Stegen (7,5) : Supervisé par Zubizarreta himself pendant de nombreuses saisons, l'espoir teuton a confirmé tout le bien que l'ancien gardien barcelonais pensait de lui. Véritable libéro, il n'a pas toujours été d'une grande fiabilité sur sa ligne, mais a distillé des caviars à faire rougir Manuel Neuer. C'est d'ailleurs contre son clone qu'il a offert sa meilleure partition. Reste désormais le plus difficile : les finales de Copa et de Champions.

Gerard Piqué (8) : " Revenu d'entre les morts." Tel pourrait être le résumé de la saison de Gerard Piqué. D'abord paré d'une chasuble et assis sous la guérite, il a par la suite perdu ses poignées d'amour et retrouvé son waka waka. Dur sur l'homme, propre à la relance, Gerard s'est même offert sa saison la plus prolifique avec sept pions. Et puis ce bagout sur le pré, quel bonheur !

Javier Mascherano (8) : Même dégaine qu'à ses débuts, même agressivité, même science du placement Bref, Javier a fait du Javier et montré les crocs aux moments opportuns. Un indéboulonnable du pré et du vestiaire. D'ailleurs, la doublette Mascherano-Piqué n'était pas censée être le maillon faible de cette équipe ?

Jérémy Mathieu (6,5) : Premier choix défensif de Luis Enrique, Jérémy a su se montrer à la hauteur des espérances de son coach. Après une intégration difficile parmi les stars et égos du vestiaire, l'ancien Lionceau a su saisir les opportunités au vol. Ses deux pions, lors du Clásico et face au Celta, sont même à classer parmi les buts décisifs dans l'obtention de la Liga.

Marc Bartra (4) : Marc a une belle gueule, des yeux de loup à faire frémir CJP et une copine aux formes délicieuses. Pour ce qui est du terrain, difficile de le juger. Encore une fois relégué au rang de second couteau, le canterano fait, au moins, gonfler son palmarès. Pour le temps de jeu, il serait temps d'aller voir ailleurs.

Thomas Vermaelen (0 ou 10) : Arrivé blessé, incapable de se remettre sur pied, le Belge a…












Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant