Les notes du Barça face à City

le
0
Les notes du Barça face à City
Les notes du Barça face à City

Largement vainqueur de Manchester City (4-0) au Camp Nou, le Barça a pu compter sur un Messi auteur d'un triplé, un Iniesta majuscule et un Umtiti ultra costaud. De quoi se permettre de finir à dix et de perdre deux titulaires avant la pause. Tranquille.

FC Barcelone


Ter Stegen (7) : Le seul gardien allemand qui n'est pas à l'aise avec ses pieds. Pas grave, Marco n'en a pas besoin parce qu'il aime se jeter partout et de toutes les manières. Un coup Thierry Omeyer, un coup Thomas Price.

Mascherano (5,5) : Bousculé en début de saison, finalement titulaire sur le côté droit, brouillon en début de match et décisif sur l'ouverture du score, Javier a su profiter d'un Nolito timide malgré l'open bar. Le M sérieux, sans salade.

Piqué (#JesuisJérém) : La fameuse soirée pour enchaîner. Il a d'abord souffert, beaucoup, à cause d'un chauve argentin qui ne savait pas où se placer, puis a fait le coq avec tous ses potes avant de sombrer en solitaire malgré une gueule grande ouverte. Alors, avant de partir de la boîte, un certain İlkay a décidé de lui faire comprendre qu'il était temps de dégager. La Tortura. Remplacé par Mathieu (39e,4), pas toujours beau mais qui arrive toujours à se faire une place avec les grands. Jérémy Chatelain aussi y était arrivé. Sauf qu'il a été expulsé par Alizée, lui.

Umtiti (7) : Si on avait dit un jour à Big Sam qu'il se retrouverait face à City, au Camp Nou, avec à ses côtés Digne et Mathieu, il serait resté à Lyon. Sauf que c'est la C1 et Samuel est en train de devenir plus grand que tout le monde. Une partition ténor dans une hécatombe.

Alba (:() : N'a pas pu résister aux aller-retours broyeurs de reins de Sterling ce qui a rapidement grignoté sa barre d'énergie. De retour de blessure, Jordi a décidé de se la jouer Jessica. Entre peine de coeur et The Ten. Remplacé par Digne (10e, 5,5), décisif dans ses interventions, imprécis dans son placement et parfois emmené sur la piste par Sterling. Mais Lucas n'est pas le meilleur danseur.

Busquets (6) : Le mec qui ne parle pas, dont l'allure est parfois critiquable, mais qui est indispensable. Vraiment. Comme ton papy gênant à Noël, comme ta tante à moustache, comme ton cousin qui joue avec ses bourrelets. Ils ont grand coeur et c'est tout ce qui compte. Sergio aussi.

Rakitić (6,5) : Il n'en fait qu'à sa tête, a mis - pour une fois - du temps à rentrer dans…













Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant