Les notes des champions

le
0
Les notes des champions
Les notes des champions

Champion de France en mars, à savoir en hiver, record de points, record de victoire à l'extérieur, meilleur buteur, meilleur passeur, 98 buts inscrits en Ligue 1, bref, le PSG a roulé sur le championnat cette saison. C'est donc l'heure des récompenses.

Kevin Trapp (5) : Recruté par un logiciel - Google traduction ? -, le portier allemand a des qualités incroyables pour briller dans la capitale : il est beau, tatoué, parle déjà français, possède sa propre marque de fringue et maîtrise Instagram. Le footballeur ? Difficile à dire, puisque Bordeaux, Angers, Lorient, Lyon ou encore Madrid sont passés par là. Meilleur que Sirigu ? Bonne question. Son jeu au pied ? Pas révolutionnaire. En attendant, on l'aime d'amour et on l'attend au tournant la saison prochaine.

Salvatore Sirigu (1 puis 9) : L'Italien a commencé la saison en faisant la gueule. Normal, on lui a fait un enfant dans le dos. Il la termine célibataire, sans doute meilleur que l'an passé d'un point de vue sportif - quand on n'est plus dans le confort, le travail est efficace - et avec une belle carte de visite en vue du prochain mercato.

Nicolas Douchez (^^) : Organisateur de barbecue, ambassadeur du club pour remettre un trophée à Sylvain Armand, contact direct et privilégié avec David Beckham, à défaut de jouer, "Doudouche" est une formidable publicité vivante pour les services de conciergerie.

Serge Aurier (de l'eau) : Fiotte football, la bible qui en six mois est passée à un doigt de prendre le trône de Daniel Alves, puis à un match de CFA contre Poissy.

Pour Aurier : magnéto, Serge !
Gregory van der Wiel (Rose) : À la conclusion du plus beau but collectif de la saison, s'est ensuite barré à la mi-temps du match du titre contre Troyes après un "Fuck off" jeté au visage d'Ibra, se trouve actuellement en couple avec la plus belle femme du circuit à qui il a offert un 4X4 pour son anniversaire. Bref, le tatoué est tout là-haut, à la table des plus grands. Même s'il a servi de paillasson à Serge Aurier un soir de février...

Thiago Silva (10) : Ignoré par Dunga, le capitaine parisien n'a jamais semblé aussi fort. Épargné par les blessures, le "Monstro" aura évolué à un niveau stratosphérique. Anticipation, relance, jeu aérien, sauvetage sur la ligne, transversale, discours d'avant-match, escapade à EuroDisney avec ses enfants, toucher un plot sur la tête d'Iniesta dans une pub Nissan, sa…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant