Les notes de Zagreb-Lyon

le
0
Les notes de Zagreb-Lyon
Les notes de Zagreb-Lyon

Un match sans idées, sans folie, mais avec des Lyonnais qui ont mis juste ce qu'il fallait d'envie quand les jambes croates étaient lourdes pour rentrer à la maison avec une victoire. Tant mieux pour l'OL, dont le corps bouge encore et qui peut encore croire à un avenir en C1.

Dinamo Zagreb


Livaković (6,5) : Le Dinamo a joué avec un gardien de 18 ans au match aller, et avec un de 21 ans au retour. La prochaine fois, ils auront peut être un goal en âge de câliner une femme, mais Livaković s'en est très bien sorti, même s'il a boxé tous les ballons sans chercher à les capter. Les poings de l'Est bagarreurs les plus précoces depuis ceux de Wladimir Klitschko.

Mățel (1 nez en moins) : À un mois de Noël, les jouets Mattel s'offrent une mauvaise pub en révélant leur fragilité. Il aura fallu dix minutes et un coup de boule de Lacazette pour amocher le latéral roumain, remplacé par l'attaquant Henríquez, parce qu'il n'y a pas d'heure les coups tactiques. Le Chilien n'a pas été dangereux mais a beaucoup couru, et c'est bon pour la santé.

Benković (4,5) : Sans saveur, la pâle copie d'un bon défenseur. Car le Benko est l'imitation version ex-Yougoslavie du Benco, qui n'est lui même qu'un vulgaire sous Nesquik.

Sigali (4,5) : Pas beaucoup plus rassurant que son compère, mais peut être un peu plus méchant. Aurait clairement mérité son flocage " Steven Seagali " sur certains plaquages.

Pivarić (6) : Un capitaine courage, qui sait qu'il n'est pas le meilleur mais prêt à verser ses six litres de sang pour défendre son drapeau. Manque de pot, ce soir on lui demandait juste d'aider les siens à marquer un but.

Knežević (5) : Énormément de ballons longs, et plus de balles perdues que les Marines à Kaboul. En fouillant bien dans les horreurs de la guerre de Croatie de 1995, l'ONU trouverait sans doute pas mal de choses à lui reprocher.

Pavičić (4) : Un vrai match de planqué, Pavičić est le genre de type qui ne serait jamais sorti de sa tranchée à Verdun. " Pavi, par pris " ? Ben si, la Ligue des Champions est filmée. A quand même trouvé le moyen de se blesser, et de se faire remplacer

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant