Les notes de PSG-FC Bâle

le
0
Les notes de PSG-FC Bâle
Les notes de PSG-FC Bâle

La réussite d'Aréola, la maladresse (ou la malchance) des Bâlois, Cavani encore buteur : les notes de PSG-Bâle, c'est ici.

Paris Saint-Germain


Areola (6) : A quelques centimètres près, Alphonse en aurait pris trois. Reste que sur son seul duel face à Steffen, il a fait le boulot, comme un bonhomme. Sur le banc, la Trapp queen peut se morfondre

Kurzawa (4) : S'est contenté de faire le boulot derrière, et pas excellemment bien. Pour ça, il y avait déjà Maxwell.

Thiago Silva (5) : Le voir se faire bouger par Doumbia a été aussi surprenant que l'annonce du couple entre Garou et Lorie. Comme quoi, à 30 ans, on n'est plus si invincible.

Marquinhos (6) : Adepte du mimétisme, Marquinhos s'est fait léger quand son compère de l'axe l'était, puis solide quand son compagnon a retrouvé un peu de sérénité. Mais rien pour cette ouverture à destination de Cavani, Paname te passe le Salam.

Aurier (5) : Pas plus inspiré que son homologue du couloir gauche, Serge a au moins eu mérite de s'aventurer au delà de la ligne médiane. +1 pour l'effort.

Verratti (5,5) : Oui, il y a toujours ces sorties de balle classieuses. Mais dès qu'il a fallu allonger, Marco s'est fait plutôt imprécis. Petit travailleur mais gros fainéant.

Matuidi (6) : Un général tellement omniprésent qu'on lui passe les déchets. Reste à savoir si le tribunal de la technique lui tombera dessus un jour. Blaise compas dorés. Remplacé par Krychowiak (82e) qui se dégourdit les jambes avant d'aller passer une belle nuit avec Célia Jaunat.

Rabiot (7,5) : Adrien a souvent subi le délit de sale gueule. Pourtant, ses bouclettes se sont baladées comme jamais lors de l'affiche du soir, crevant même l'écran à l'aide de délicieuses passes et de percées foudroyantes. Et dieu sait qu'il fera partie du casting parisien durant les prochaines années. Adrien Gallo.

Di Maria (5,5) : Le mec claque un pointu dans le but vide et célèbre comme s'il avait inscrit un but en finale de Coupe du Monde. Un peu comme toi quand tu subtilisais le ballon des mains du petit gros qui était aux cages avant de le pousser au fond. Tu avais 8…
















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant