Les notes de Marseille face à Bordeaux

le
0
Les notes de Marseille face à Bordeaux
Les notes de Marseille face à Bordeaux

Souvent appliqués, parfois embrouillés et rarement inspirés, les Marseillais enchainent un deuxième 0-0 consécutif. Et pourtant, avec juste un peu de folie en plus, il y aurait sans doute eu de la place.

Olympique de Marseille


Pelé (4,5) : N'a rien eu à faire de ses mains, et a galéré quand il a dû tirer avec les pieds. Un Oscar Pistorius inversé.

Bedimo (3) : L'aile gauche de l'avion qui crame, et qui envoie son petit monde au fond de l'océan. On a retrouvé le vol BediMH270, et il est en sale état.

Doria (6) : Plutôt appliqué devant son nouveau professeur, Doria a rendu une copie honnête, sans grande inspiration mais sans ratures. Pour un gamin dont on se demandait parfois s'il savait lire et écrire, c'est une bonne nouvelle.

Rolando (5) : Un match de défenseur un eu anonyme. En fait, les Bordelais avaient beaucoup d'intentions, mais aucune envie d'en faire quelque chose. Du coup, Rolando a pu traîner sa grande carcasse sans trop se faire remarquer. Après tout ce temps passé au placard sous l'ère Passi, il a sans doute besoin de se dérouiller un peu.

Fanni (4) : Un peu bordélique, des déchets, une ambiance finalement pas si dingo. Une Fanni zone pendant l'Euro.

Diarra (4,5) : La prophétie est claire, chaque week-end, un seul Diarra a le droit de réussir son match en Ligue 1. Et cette semaine, c'était le tour d'Alou. Saloperie de garde alternée.

Lopez (6,5) : Le Lopez le plus remuant depuis les tarés de Dailymotion. L'intelligence en plus, les biceps en moins.

Machach (3,5) : Mach 3, le rasoir le plus performant au monde. Mach 1, la vitesse du mur du son. Machach, c'est tranchant comme une lame de couteau à beurre et rapide comme le petit obèse qui le mange. Remplacé par Cabella, qui répondait au nom de Cabella, et c'est déjà pas mal.

Thauvin (6,5) : Il a tricoté, tricoté, et encore tricoté. Résultat des courses, une paire de chaussettes, un gros pull, un tricot, bref, assez pour être habillé pour l'hiver. Et sur le terrain ? Des jolies percées, une belle activité, et même une ou deux frappes sympas.

Sarr (5) : Il peut s'y passer de belles choses, mais ce soir la façade était quand même sacrément craquelée. Le château de Moulin Sarr, avec Rudi Garcia en capitaine Haddock pour hurler dans tous les sens. Changé pour Alessandrini, qui a fait une apparition de cinq minutes à la fin de la bédé.

Gomis…





















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant