Les notes de la Tchéquie face à l'Espagne

le
0
Les notes de la Tchéquie face à l'Espagne
Les notes de la Tchéquie face à l'Espagne

Barricadés en un bloc compact et résolument antipoétique, les Tchèques ont longtemps cru tenir le nul qu'ils étaient explicitement venus chercher face à des Espagnols sans grandes idées mais au moins sans nuque longue. Jusqu'à une faute de marquage pas Piqué des vers.

République Tchèque


Cech (87 minutes) : Comme quand tu essaies de placer "ambidextre" au Scrabble : bah non, ça rentre pas.

Kaderabek (3) : Kaderabek a 3. Non, pas 3 maisons. Juste 3. Oui, la vie est injuste.

Sivok (7,5) : Dans les airs, à terre, des interceptions en série, une défense debout et la quasi-totalité de duels gagnés face à Morata ou Nolito. On ne sait pas ce que Choco lui a donné à manger mais s'il continue comme, le trésor des Goonies est pour lui.

Hubnik (6) : A posé le réchaud de sa cabane de chasse pour traquer la viande rouge, relancé à coups de bottes Aigle et finalement laisser Piqué s'envoler au-dessus des oies sauvages, juste avant l'apéro. Tchèque en bois.

Limbersky (5) : Parfait dans son rôle de brique sur la gauche du muret. A livré un match dont l'ingratitude est certainement inversement proportionnelle au physique de sa femme.

Darida (1930-2004) : Auteur d'un pavé thématisé autour des concepts de déconstruction et de dissémination des offensives espagnoles avant de rater le coche dans les dernières secondes. Michel Foucault avait raison.

Plasil (3,5) : Mélange de plaisir et de facile. Soit deux mots pas vraiment représentatifs de son match face à Iniesta.

Gebre Selassie (26'43''53''') : A probablement parcouru 19 kms – la plupart du temps dans le vide. Ça reste loin des 42,195 réglementaires. Remplacé par Sural (85ème) dont le prénom n'est pas Alain, ce qui est déjà pas mal.

Rosicky (3) : Une tête à faire des arpèges chez Radiohead mais du mal à lancer son projet solo. A bien galéré face au maestro Iniesta – bien loin de la pop music, lui. Remplacé par Pavelka (88ème), qui n'a traité personne de fils de pute à la mi-temps.

Krejci (4) : Est désormais capable de peindre un portrait de Juanfran dans son sommeil. Le pauvre.

Necid (3,5) : A longtemps épuisé la pelouse par son pressing toxique, ce qui est plutôt normal quand on a un nom de désherbant. Remplacé par…





















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant