Les notes de la Russie

le
0
Les notes de la Russie
Les notes de la Russie

On ne sait pas comment, on ne sait pas pourquoi, mais la Russie a accroché un match nul inespéré en revenant à ses principes des années 90 : un peu de physique, pas mal d'imprécision, beaucoup de solidité. Akinkeev aime ça.


Akinfeev (6,5) : On aurait pu jouer les rabats-joies à dire que toutes les frappes lui atterrissaient dessus en première période, mais c'était avant cet arrêt face à Rooney, à la Gordon Banks. Exceptionnel. Bon, en revanche, il est légèrement fautif sur le coup-franc de Dier, même si ça arrive vite. On retiendra donc plutôt l'arrêt, hein.

Shchennikov (4) : Complètement débordé par Walker en début de match, il a relevé la tête en même temps que sa team. Bon, à part ça…

Ignashevich (5) : 36 ans ? Lourd comme un pousseur de fonte, lent comme agent du KGB, mais solide. Horrible balle au pied, mais solide. Après tout, le seul but encaissé l'a été sur coup-franc.

V.Berezutski (6) : Avec un blase de marchant d'arme russe dans McGyver, on savait que le vieux avait de la débrouille. Plus ouvre-boîte que couteau suisse, en revanche, mais ça fait le travail. Et si en plus ça sait marquer en allant très, très haut…

Smolnikov (3,5) : À courir comme une gazelle sur son couloir, il a fini par se faire bouffer par les Lions. La loi de la jungle, mon pote.

Golovin (4) : A énormément souffert face à Lallana, se faisant régulièrement prendre à revers. #TeamNathalieDechy. sorti pour Shirokov.

Neustädter (3,5) : On ne sait pas trop pourquoi la Russie est allée le chercher en Allemagne, en revanche on sait pourquoi l'Allemagne l'a laissé filer. Sorti pour Glushkalov, pot de colle.

Kokorin (5,5) : En 1978, Kokorin Charby chantait Pile ou Face dans une veste de costume beige trop grande pour elle. Une belle métaphore pour un type qui aura passé son temps à défendre avec le n°9 dans le dos, mais que l'on sentait capable d'une folie s'il avait su se libérer un peu plus.

Shatov (6) : On a senti que le bonhomme avait plus football que la moyenne nationale, sans jamais malheureusement atteindre son Zenith au milieu d'artistes qui ne le comprennent pas. Une sorte de Manu Katché dans La Nouvelle Star. On aimerait te revoir au Pavillon Baltard.

Smolov (4,5) : À l'image de son équipe, il s'est distingué en début de seconde mi-temps, avant de…



















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant