Les notes de la France contre l'Italie

le
0
Les notes de la France contre l'Italie
Les notes de la France contre l'Italie

Grâce à un Pogba dominateur au milieu et à un Kurzawa toujours aussi impressionnant offensivement, les Français ont réussi à faire la différence sans trop forcer. Rassurant.

Mandanda (5,5) : Visiblement un peu perdu dans sa cage, il a cru préférable d'enfiler son gilet jaune haute visibilité, obligatoire pour les deux-roues depuis le 1er janvier 2016, histoire qu'on le remarque. Bien vu.

Sidibé (5,5) : Pour sa rentrée en première année de maternelle, le petit Djibril avait l'air un peu stressé. Dès le début de la journée, il a été un peu brusque en découpage, puis il a été brouillon en collage avec ses camarades, mais a fini par déborder à bon escient en dessin. Sa maman peut être fière.

Varane (6) : Malchanceux sur le but italien, il a vite rappelé à tout le monde quelles étaient ses qualités : la relance et la vélocité. Et c'est toujours aussi impressionnant.

Koscielny (6) : Laurent Boyer, Laurent Ournac, Laurent Gerra, Laurent Fontaine, Laurent Voulzy... Il était mal parti niveau style dans la vie, et il s'en est très bien sorti. Respect. Remplacé par Umtiti en fin de match, qui avait aussi fort à faire avec Samuel Le Bihan.

Kurzawa (6,5) : Une grosse montée, un serrement défensif, un but. C'est la même série d'images depuis le début de la saison. Les vines Kurzawa tournent en boucle. Remplacé par Digne dans les arrêts de jeu, qui a vraiment une bonne tête de remplaçant

Pogba (7) : Il a parfaitement alterné le jeu simple et les prises de risque, le tout sans forcer. Allez, retourne danser dans les vestiaires avec tes potes, tu l'as bien mérité.

Kante (6) : L'essentiel pour être un grand dresseur de milieu de terrain, c'est de parcourir des kilomètres et d'avoir le coup d'oeil. Pokemon Golo.

Matuidi (4,5) : On sent que la saison 2016-2017 va être décisive dans sa carrière, aussi bien en club qu'en sélection. Contesté, il semble même moins guerrier sur le terrain. Blaise de moral. Remplacé par Sissoko à la 62e minute, qui était un peu à cran après ses dernières 24 heures plutôt mouvementées.

Griezmann (5,5) : Forcé à travailler sur la gauche de la défense adverse par son patron, il a fini par tout envoyer balader pour rejoindre le centre, où il se sent beaucoup plus libre. Emmanuel Macron. Remplacé par Dembélé à l'heure de jeu, qui disputait son 33e match professionnel.

Giroud (5) : Sa carrière en Bleus résumée en 45 minutes. Fantomatique et un peu…


















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant