Les notes de l'OL

le
0
Les notes de l'OL
Les notes de l'OL

Longtemps, on a eu peur que le braquage du Stadio Olimpico se termine par une glissade devant la banque. Puis, Lyon a jeté ses tripes sur la piste et a tenu pour arracher sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue Europa. Ouf.

Olympique lyonnais



Lopes (8) : Sociopathe chronique pour les uns, génie incompris pour les autres, il a été le cynique attendu au Stadio Olimpico. Un regard froid, la bave au bord des lèvres et une gueule où l'on n'aurait pas été surpris de voir sortir de vraies saloperies. Sauvé par sa barre un coup, aidé par son poteau après l'entracte, il a également sorti plusieurs chapardages dignes des vrais briseurs de rêves. Anthony Hopkins, sur une pelouse.

Jallet (4) : Le dernier homme surnommé Monsieur Propre a été mis en examen pour une multiplication d'emplois fictifs, impliquant en plus quelques costumes trop chers. Christophe, lui, sortait de deux couloirs français bien nettoyés, mais à trente-trois ans, on peut parfois perdre son coup de balai. Ou aider à balancer ses saletés contre sa propre porte.

Mammana (3) : Les mois passent, les interrogations avec. Dégueulasse quand on voit à quel point ce gamin de Merlo peut devenir un grand monsieur. Ce soir, il a encore foutu à plusieurs reprises ses potes dans la merde avec des relances foireuses et des placements miteux. De quoi ravaler les cours de caté : "Viens Emanuel, viens, viens nous sauver !" Remplacé par Yanga-Mbiwa (78e), Betsen des dernières minutes.

Diakhaby (4) : Un cas d'école pour chaque étudiant en médecine. Un début de match à nettoyer des chevilles, un nouveau but important claqué de la tête, mais surtout un amour de la défense en reculant. Au point de se faire rentrer dedans par Lopes et de ne pas voir son pote frisé du soir qui allait beaucoup trop vite pour lui. Et quand on est censé tenir Lugdunum, ça fout parfois le bordel.

Morel (3) : Au niveau national, le bonhomme a fait ses preuves. Fort dans les cantons, reconnus de tous les élus, prêt pour cumuler les mandats, mais voilà, l'Europe est un autre monde. Le voilà de nouveau avec son boulet de mal-aimé rivé à la cheville malgré quelques petits sourires. Aquilino Morelle était à Rome.

Gonalons (3,5) :

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant