Les notes de City face au Barça

le
0
Les notes de City face au Barça
Les notes de City face au Barça

Très dangereux en contre, les Citizens ont livré une seconde période de très grande qualité, en s'appuyant sur le gros match de De Bruyne et Agüero, et la réussite de Gündoğan.

Manchester City FC



Caballero (5) : Hormis sur le but de Messi où il ne peut strictement rien faire, il n'a pas du tout été mis à contribution. Mais lui, il ne s'amuse pas à jouer avec le feu sur toutes les relances, et ça fait du bien. Hein, Claudio ?

Zabaleta (6,5) : Sur le plan défensif, il a bien contenu un Nemar qui semblait avoir de très bonnes jambes ce soir. Offensivement, il a été d'un propreté appréciable et il n'est pas étranger au fait que le jeu des Citizen ait largement penché à droite. Un mec sur qui on est sur de pouvoir compter. On lui confierait presque son gosse, s'il n'avait pas cette tête de tueur en série.

Otamendi (5) : Un vrai chien fou pour qui les notions d'alignement défensif et de discipline sont totalement étrangères. Avec Rakitić et André Gomes dans le rôle du bâton qu'il s'empresse d'aller chercher, tant l'Argentin n'a pas hésité à sortir très loin pour aller presser les Barcelonais. Créant parfois un déséquilibre pour son équipe.

Stones (4) : Du coup, à côté d'un mec comme Otamendi, on aimerait bien voir un défenseur central calme et rassurant. Tout le contraire de Jean Cailloux, qui semblait tout proche de la bourde qui aurait pu tout gâcher.

Kolářov (5,5) : À l'époque, c'était super classe d'écouter ses chansons, tant il était au-dessus du game. Aujourd'hui, il a un peu mal vieilli, mais on ne peut s'empêcher de se laisser entraîner par ses nouvelles partitions de temps en temps. Comme ce soir. Aleksandar Kola-Rohff.

Fernandinho (6) : Comme d'habitude, il a parfaitement assumé son rôle de harceleur à la récupération au milieu de terrain. Quand son équipe était dans le dur, il était même l'un des seuls à surnager. Mais toute cette débauche d'énergie a fatigué le petit Fernand. Il a donc dû céder sa place dès l'heure de jeu à son double maléfique, Fernando. Le même en beaucoup moins bien.


Sterling…















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant