Les notes de Bayern-Atletico

le
0
Les notes de Bayern-Atletico
Les notes de Bayern-Atletico

Dominé tout du long, l'Atlético a pu compter sur un Oblak magnifique et un Griezmann à l'efficacité glaçante pour résister au Bayern. Dommage pour Ribéry, et surtout Müller, auteur d'un penalty manqué qui change la donne.

Bayern Munich


Neuer (7) : un penalty contre lui à dix minutes de la fin ? Pas de problème. Il gère. Bon, il sort encore en demi-finale de Champions League mais il va pouvoir s'arsouiller salement pour fêter son titre de meilleur gardien du monde.

Lahm (6) : Les fameuses passes Ligue des Champions, c'est ça. Lame Phillips.

Javi Martinez (5) : parfait pour relancer, suicidaire quand il faut s'aligner rapidement sur les contres adverses. Par chance, Neuer lui sauve la mise sur le penalty sifflé contre lui pour une faute… en dehors de la surface. Y'a des soirs, comme ça, où tout part en couilles.

Boateng (6) : Son physique d'ailier-fort pourrait laisser croire qu'il a deux briques à la places des pieds. C'est tout l'inverse. Ses doigts de pied sont bénis des Dieux et son retour a tout changé. Tout quitter pour avoir son flow.

Alaba (5) : martyrisé à l'aller au poste de défenseur central, l'Autrichien qui chante du Sch dans le vestiaire avec Ribéry a changé de son. Hier, il s'est enjaillé sur "Je reviens de loin". Sauf sur le but de Griezmann, puisqu'il oublie de revenir tout court.

Xabi Alonso (6) : ses diagonales sont toujours aussi folles. Son coup franc de loubard est moche, affreux et mal tiré… mais termine au fond. C'était son soir, pourtant.

Vidal (6) : Le Chilien est fait pour la verticalité. On parle d'un garçon qui envoie sa Ferrari dans le mur quand il se jette un verre de trop derrière la cravate. Alors même si la possession bavaroise ne lui ressemble pas, il s'est fait plaisir autrement, en voulant bouffer les mollets de tout le monde. Il a même mangé sa soupe sur le crâne de Filip Luis sur le but du 2-1. Le but de l'espoir. Le but qui ne sert à rien, au fond.

Douglas Costa (4) : une boule de nerfs, Carlos Tevez sur les cannes de Marion Jones. Cramé au bout de 100 mètres. Remplacé par Coman, même trip capillaire qu'Alaba.

Ribéry (5,5) : le palpitant à fond, les dents en épouvantail, on a retrouvé le "Ch'ti Franck" de 2013. Celui qui buvait tous les latéraux dans son couloir. Avec un petit sucre et une insulte sous-titrée comme dans "Striptease".
[BR…
















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant