Les notes de Barcelone-Atlético

le
0
Les notes de Barcelone-Atlético
Les notes de Barcelone-Atlético

D'un côté, Luis Suárez, son côté obscur et sa précision chirurgicale, le Dexter catalan. De l'autre, Fernando Torres, son ouverture du score et son pétage de plomb, l'éternel enfant. Deux schizophrènes, mais deux rendements différents. Et avantage donc logique au Barça, en supériorité numérique face à de courageux Colchoneros.


FC Barcelone



Ter Stegen (6) : Le grillage de David Luiz face à Luis Suárez aurait pu lui servir sur le premier but. Pour un gardien allemand, il s'émancipe en se servant de ses mains sur la frappe de Griezmann quand le score était encore de 0-1 et Madrid à 11.

Daniel Alves (7,5) : Pour un mec dont le style vestimentaire au quotidien fait passer Desigual pour une marque distinguée, il envoie des caresses visuelles sur chaque centre. Sur l'un​e​ d'​elles​, ça termine sur le crâne de Suárez et donc dans les ficelles. Décisif sur les deux buts, visiblement il était vexé de son "air marquage" sur CR7 dans le Clásico et voulait rappeler au monde qu'il était encore le meilleur latéral droit du circuit.

Piqué (4) : Entre deux sessions sur ​Périscope, le défenseur est parti aux champignons sur Koké sur l'ouverture du score. Mais bon, Gérard va rentrer chez lui, trouver une saucisse-purée à réchauffer sur la table du salon avec un mot de maman et un petit cœur. Whenever, wherever.

Mascherano (5) : Au chômage technique après la pause, pas spécialement rassurant en début de match, l'Argentin confirme qu'il n'est pas un défenseur central de formation mais qu'il demeure le meilleur choix axial de son club.

Jordi Alba (5,5) : blessé au poignet en première période, il a du se repasser en boucle la séquence de Bernie "fini la branlette ! M'en fous, je suis gaucher". Une passe décisive sur une frappe ratée par la suite et beaucoup de kilomètres sur sa Vespa. En revanche, cette tentative de frappe du pied droit, c'est non.

Sergio Busquets (6) : en 1995, son pater jouait un quart de finale de C1 en pantalon, hier, il a contrôl​é​ la balle​ du gauche dans sa surface​ face à son but​ ​avant de se retourner, de s'ouvrir l'espace d'un crochet du droit avant de relancer du gauche. Le tout en marchant et sous le pressing de l'Atlético qui l'a quand même bien embêté. Remplacé par Sergi Roberto aka Serge Robert en VF, moins sexy du coup.

Rakitić (4) : trop de soleil et de chaleur pour le Croate, diminué il a laissé Rafinha terminer le travail dans cet…













Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant