Les notes d'Irlande du Nord-Allemagne

le
0
Les notes d'Irlande du Nord-Allemagne
Les notes d'Irlande du Nord-Allemagne

Deux Mario, un efficace et un qui l'est moins. Dans un Allemagne-Irlande du Nord largement dominé par les supporters nord-irlandais, les Allemands ont dominé le conseil de classe.

Irlande du Nord


Michael McGovern (8) : Il n'a jamais reculé malgré le feu nourri des Allemands. Un peu plus et on en faisait un héros de la grande guerre.

Aaron Hughes (4) : On adore les supporters nord-irlandais, mais quand les joueurs sont aussi bourrés qu'eux, ça pose problème.

Gareth McAuley (6) : Mon premier est un point à la fois célèbre et sexy. Mon second est ce qu'on n'aime pas trouver dans le poisson. Mon suivant est une marque d'ordinateur en vogue. Mon quatrième est un liquide indispensable à la vie sur terre, tandis que mon dernier sort du pis de la vache. Comme le confirmeront les attaquants allemands, mon tout porte bien son nom.

Craig Cathcart (5) : Il a voulu appuyer sur le champignon mais a glissé sur une peau de banane au moment du but de Super Mario.

Jonathan Evans (4) : Tel Cadel dans le Tourmalet, il n'a pas brillé par son esthétisme.

Steven Davis (5) Il a tenté de polluer le jeu allemand, un comble pour le capitaine des Verts. S'est en outre signalé par une conduite de balle pas très écolo.

Corry Evans (4) Il a essayé de se mettre au même niveau que son frère pour ne pas mettre Maman face à un dilemme. Remplacé à la 85e par Niall McGinn, qui a fait un petit trot pour décuver.

Oliver Norwood (3) Le saviez-vous ? Norwood est une ville fantôme du Texas. Oliver n'est pas beaucoup plus vivant balle au pied.

Jamie Ward (5) A par la furieuse envie de coller un "y" à son patronyme, on a pas grand-chose à lui reprocher. Il a bien respecté les consignes et est resté collé à sa ligne, tel un soldat nord-coréen. Remplacé à la 69e par Josh Magennis (3) , qui a endormi l'attaque aussi bien que le démon de Warcraft III.

Stuart Dallas (3) Un univers impitoyable fait d'appels pétés et de contrôles manqués. Mais un vrai chevalier. Un Maverick.

Conor Washington (4) Comme la capitale des Etats-Unis, il a le prestige d'évoluer en pointe…





















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant