Les notes d'Arsenal-Barcelone

le
0
Les notes d'Arsenal-Barcelone
Les notes d'Arsenal-Barcelone

Lionel Messi l'a fait. Après six matchs à buter sur le gardien tchèque, la Pulga a enfin vaincu Petr Čech. Deux fois. Pour le bonheur de Barcelone, qui a déjà assuré sa qualification.

Le compte-rendu du match

Arsenal FC



Čech (7) : En six matchs, il n'avait jamais pris un but de Lionel Messi. Et ce soir, même s'il a encore montré que c'était un grand gardien, il a craqué. L'anti-Čech.

Bellerín (6) : Le dragster qui marche au diesel. Au début de chaque période, il a eu du mal à mettre en route la machine. Mais une fois lancé, ça va très, très vite. Au moins aussi vite que Neymar.

Mertesacker (5) : "Je suis né dans cette caravane." Et depuis, je me la traîne au cul. La lenteur assumée. Sa tactique ? Laisser faire tout le boulot à son pote de la charnière centrale. Ça marche pendant 70 minutes, pas plus.

Koscielny (7) : Très sollicité, il a été ultra-solide face à ses adversaires directs et très propre dans la relance. Après tout, c'est le meilleur défenseur central de Premier League. Kostaud.

Monreal (6) : C'est dommage, tout se passait plutôt pas mal jusqu'à ce qu'il mange la pelouse sur une accélération de Messi.

Coquelin (4) : C'est bien simple, il n'a récupéré aucun ballon, et c'est dommage pour un milieu récupérateur. Remplacé par Flamini, qui a récupéré la cheville de Messi en moins d'une minute.

Ramsey (5) : Merci à Özil d'avoir remis le ballon un peu trop en arrière et merci à Piqué d'avoir contré sa frappe dès la 8e minute. On n'était pas prêts pour la mort d'Elton John.

Özil (5) : Son début de match laissait penser qu'il allait nous régaler tout le match, mais on a dû se contenter de le regarder défendre sur Iniesta. C'est pas ce qu'on voulait voir.

Oxlade-Chamberlain et Walcott (4) : Une mi-temps chacun, histoire de mettre en valeur la vraie spécialité anglaise : la confection artisanale de jeune ailier tout-droit. On pousse le ballon très loin, on court très vite derrière, et on s'empale sur le latéral adverse.

Giroud (4) : Ce n'est pas avec ce genre de matchs qu'il va convaincre ceux qui doutent qu'il est un grand attaquant. Il aurait pu faire illusion…




















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant