Les Niçois domptent Lyon sans se fouler

le
0
Les Niçois domptent Lyon sans se fouler
Les Niçois domptent Lyon sans se fouler

Un but dans les cinq premières minutes, l'expulsion de Nabil Fekir au bout de trente minutes et un milieu de terrain dominateur. Disons que tout était réuni pour que l'OGC Nice passe une soirée très tranquille contre l'OL.

OGC Nice 2-0 Olympique lyonnais

Buts : Baysse (5e), Seri (76e)

Jean-Michael Seri affiche enfin son sourire radieux. Il y a quelques minutes, il venait de se faire sermonner par Lucien Favre, coupable selon lui d'avoir gâché un contre qui aurait pu s'avérer décisif. Dur, sachant que c'était peut-être sa première perte de balle du match. Qu'importe, maintenant, tout est oublié. On joue la 76e minute, et le petit milieu de poche vient enfin de faire le break pour l'OGC Nice. C'est lui qui est là, à l'entrée de la surface lyonnaise, pour pousser le ballon au fond des filets après qu'il ait heurté le poteau sur une frappe de Belhanda. Une juste récompense, tant la victoire niçoise s'est dessinée dans l'entrejeu, autour de l'Ivoirien. Avec le départ de Nampalys Mendy, entouré par les très jeunes Cyprien, Walter ou Koziello, Seri fait véritablement office de patron du milieu niçois à seulement 25 ans. Gratteur de ballons, passeur précis et parfois dribbleur fantasques, on fait de belles choses sur la Côte d'Azur.

Baysse MVP


Cinq minutes. C'est le temps durant lequel l'Olympique lyonnais aura réussi à faire illusion dans cette première mi-temps. Alors que les Lyonnais posent le pied sur le ballon et se positionnent très haut, Paul Baysse remet tout en cause en ouvrant le score sur coup de pied arrêté, sur une belle remise de son compère en défense, Malang Sarr. Le point de départ d'une longue descente aux enfers pour les hommes de Bruno Génésio dans ce premier acte. Incapables de mettre de la verticalité dans leur jeu, les Lyonnais ne font pas le poids tactiquement. Plus compact, plus précis et plus joueur dans les petits espaces, l'OGC Nice est impeccable techniquement. Et ce grâce, entre autres, à un Jean-Michael Seri qui fait des folies dans l'entrejeu.

Très efficaces aussi bien offensivement que défensivement, les Aiglons annihilent complètement la relance lyonnaise. Nabil Fekir est obligé de décrocher sans cesse pour toucher un peu le ballon, laissant un trou béant sur le front de l'attaque. Agacé, celui qui doit être le fer de lance de l'OL craque complètement à la demie-heure de jeu. Alors que Baysse, encore lui, protège le ballon pour le laisser sortir,…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant