Les niches fiscales à nouveau ciblées

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Les contribuables les plus aisés n'ont pas besoin d'un dessin. Le ministre délégué au Budget l'a confirmé, le 10 mars, au Journal du Dimanche, en répondant à la question ?Avez-vous fixé les modalités de la nouvelle taxe à 75% sur les hauts revenus ??. Jérôme Cahuzac ne laisse planer aucun doute sur son caractère inéluctable : ?Nous avons sollicité le Conseil d'État afin qu'il nous dise quelle voie peut être suivie sans risque de censure constitutionnelle. Nous attendons son avis. La nouvelle mesure sera inscrite dans la loi de finances à l'automne. Il n'y a donc pas urgence.?

Urgence il y a pourtant à préparer un nouveau budget de rigueur pour 2014, pour lequel le ministre a expliqué à l'hebdomadaire qu'il avait proposé au Premier ministre une ?réduction en valeur absolue des dépenses de l'État de 1,5 milliard d'euros, l'an prochain?. L'objectif de déficit public limité à 3% du produit intérieur brut sera manqué à fin 2013. Pas question qu'il le soit l'an prochain. Et Jérôme Cahuzac ne nie pas que, pour boucler le budget 2014, il faudra aussi trouver 6 milliards d'euros ?pour maintenir les recettes de l'État au même niveau, pas pour les augmenter?.

Le rituel de l'envoi, le 8 mars, aux différents ministres de leur lettre de cadrage, en donne un avant goût. Le Premier ministre a rappelé, comme l'expliquent Les Échos, que la loi de programmation des finances publiques, votée en décembre dernier, prévoit ?la stabilité en valeur du coût des dépenses fiscales?. Et par ?dépenses fiscales?, il faut comprendre niches fiscales, qui devront diminuer, en 2014,de ?5% par rapport à leur évolution spontanée?, selon cette lettre de cadrage, soit environ 3,5 milliards d'euros, précise le quotidien.

Les avantages fiscaux de certains placements feront-ils l'objet d'un coup de rabot supplémentaire ? Suspense. Quoi qu'il en soit, entre un alourdissement de l'impôt sur le revenu et une contraction des niches fiscales de leurs placements, les contribuables devront déployer des trésors de diversification et de rigueur pour maintenir et si possible augmenter le rendement de leur épargne. En tout état de cause, faire le plein d'optimisation avec les placements bénéficiant encore d'une fiscalité privilégiée (assurance vie, PEA) ou nulle (Livret A), demeure une ardente obligation. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant