Les New-Yorkais parlent encore de DSK, la presse moins 

le
0
Les habitants de Manhattan se disent avant tout scandalisés par l'abus de pouvoir.

À New York, en ce long week-end de Memorial Day, où le lundi est férié, la fièvre médiatique sur l'affaire DSK est retombée aussi vite qu'elle était montée (jusqu'au ciel) il y a deux week-ends, après que fut révélée l'arrestation dans un avion d'Air France du financier le plus puissant de la planète. Face au visiteur français, les Américains, par politesse, n'abordent pas en premier le sujet DSK - le «Perv» selon le qualificatif que lui a donné le New York Post. Mais si le journaliste français fait lui-même une allusion, alors - hommes et femmes pareillement - tous les adultes se précipitent pour se joindre à la conversation, chacun souhaitant exprimer son point de vue sur une affaire comportant les trois ingrédients de tout bon scénario hollywoodien : le sexe, le pouvoir, l'argent. Contrairement au public français, personne n'est ici choqué par le loyer mensuel de 50 000 dollars du nouveau domicile du couple Strauss-Kahn. «S'ils en ont les m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant