Les neuf cloches géantes sont arrivées à Notre-Dame de Paris

le
0

Neuf cloches d'un à deux mètres de diamètre sont arrivées jeudi, sous les vivats, sur le parvis de Notre-Dame de Paris après avoir quitté dans la matinée la fonderie Cornille Havard de Villedieu-les-Poêles (Manche) au coeur de la Normandie, a constaté l'AFP.

Marie (6 tonnes de cuivre et d'étain pour un sol#), Gabriel (4,1 t, la#), Anne-Geneviève (3,4 t, si), Denis (2,5 t, do#), Marcel (1,9 t, ré#), Etienne (1,5 t, fa), Benoît Joseph (1,3 t, fa#), Maurice (1t, sol#) et Jean Marie (782 kg, la#) sont arrivées peu avant 16H30 sur le parvis de Notre-Dame à bord de deux camions grues.

Elles avaient entamé leur périple vers 9H00 avant de rentrer dans Paris par e la porte Maillot. Mgr Patrick Jacquin, recteur de Notre-Dame, a escorté les cloches à bord d'un bus à impériale. Deux motards de la police ouvraient la voie.

Tout au long de leur parcours parisien, les cloches ont été saluées par des centaines de passants avant d'arriver à Notre-Dame où elles ont été accueillies par les vivats de la foule, les anciennes cloches de Notre-Dame sonnant à toute volée.

Huit de ces cloches ont été fabriquées par la fonderie Cornille Havard dans son four du XIXe siècle. Elles sont destinées à la tour nord de Notre-Dame.

La neuvième, la plus grosse des nouvelles cloches, le "petit" bourdon Marie, a été coulée par la fonderie Royal Eijbouts à Asten (Pays-Bas) avant de rejoindre la fonderie normande qui centralise la commande de l'Eglise. Elle prendra place dans la tour sud au côté du grand bourdon Emmanuel (330 ans, 13,2 tonnes en fa#), seule cloche qui n'est pas renouvelée.

L'ensemble campanaire, dont la fabrication a duré un an et qui est conçu pour durer 200 à 300 ans, sera installé drapé dans la nef dans la nuit de jeudi à vendredi et exposé au public pendant un mois à partir de samedi, date de sa bénédiction.

Les cloches sonneront pour la première fois du haut de leur tour le 23 mars.

L'objectif de l'opération, chiffrée à 2 millions d'euros financés par des dons, est de permettre à la cathédrale de retrouver son ensemble campanaire tel qu'il se présentait au XVIIIe siècle.

Quatre des neuf cloches détruites à la fin du XVIIIe avaient été remplacées en 1856 mais par des ouvrages de moindre qualité sonore, selon l'Eglise. Ces quatre cloches, déjà portées à Villedieu, attendent que l'Etat décide de leur destination finale. Elles ne seront ni fondues ni réutilisées.

Le projet entre dans le cadre du 850e anniversaire en 2013 de la pose de la première pierre de la cathédrale.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant