Les nerfs marseillais tiennent face à Nantes

le
0
Les nerfs marseillais tiennent face à Nantes
Les nerfs marseillais tiennent face à Nantes

Rapidement pris à la gorge, les Marseillais ont su réagir dans un premier temps, et ont su résister à la pression dans un second. Une victoire qui fait du bien.

Olympique de Marseille 2-1 FC Nantes

Buts : Njie (22e) et Gomis (53e) pour l'OM // Sala (2e) pour les Canaris

Bafétimbi Gomis est costaud dans la tête. Florian Thauvin a beau lui demander s'il veut lui laisser le pénalty, le buteur marseillais sait ce qu'il a à faire. Il lui dit non de la tête, se saisit de ballon et le pose sur le petit rond blanc. Quelques pas d'élan, un regard vers Riou, et une grosse frappe en plein milieu des filets. Ça paraît simple de transformer un pénalty parfois. Mais Dieu sait que celui-là n'était pas aussi facile qu'il n'y paraît. Impeccable dans le jeu, Gomis a pourtant beaucoup gâché ce soir, que ce soit du pied droit, du pied gauche ou de la tête. Mais il a eu les ressources de prendre ses responsabilités et donner l'avantage à l'OM. La panthère peut rugir une cinquième fois dans ce championnat, parce que cette fois-ci, ses coéquipiers auront la décence de ne pas craquer et de garder ce si précieux avantage.

Hilare Clinton


Pourtant, le début de match est catastrophique pour les Marseillais. Dans un brouillard rougeâtre de fumigènes, Emiliano Sala est là pour pousser laborieusement la balle dans les filets de Yohan Pelé, mettant fin par l'occasion à six mois de mutisme. Après la terrible défaite contre Rennes il y a trois jours, voilà l'OM mené dès la troisième minute dans un Vélodrome vide mais hostile. Alors qu'ils auraient pu s'effondrer mentalement, les hommes de Frank Passi réagissent vite et profitent de l'excès de zèle de leurs adversaires. En effet, après le but, les Nantais s'enflammeraient presque en tentant un pressing haut. Sauf qu'ils ne parviennent pas à gratter suffisamment de ballons et ont tendance à s'exposer plus qu'autre chose. Au grand dam de René Girard qui exhortent ses hommes à se calmer.

Les Marseillais remportent énormément de duels et se créent rapidement beaucoup d'occasions, sans efficacité. Quand ils ne manquent pas le cadre comme Florian Thauvin sur reprise de volée, c'est Rémy Riou qui qui s'étend de tout son long face à Bafé Gomis, ou alors c'est Amine Harit qui sauve sur sa ligne devant Clinton Njie. Nantes tient un peu miraculeusement, jusqu'à ce que Njie parvienne enfin à…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant