Les négociations de paix dans l'impasse

le
0
Les militants séparatistes boudent l'offre de dialogue initiée par Thaksin Shinawatra, la chef du gouvernement.

Les insurgés du Sud ont rappelé au gouvernement thaïlandais de la plus brutale des manières qu'il ne serait pas si facile de parvenir à la paix. En appelant à la rescousse son frère Thaksin pour entamer des négociations secrètes de paix, la chef du gouvernement, Yingluck Shinawatra, n'a guère été inspirée. «En lançant des attentats à la bombe dans la foulée de la rencontre, les militants séparatistes ont signifié qu'ils n'étaient nullement intéressés par l'offre de dialogue initiée par Thaksin Shinawatra», estime Sunai Phasuk, de l'organisation Human Rights Watch. Les méthodes musclées de l'ancien premier ministre pour supprimer ces insurgés «qui harcèlent les gens innocents et les autorités » et qui «sont sous l'emprise de la drogue » ont laissé un souvenir impérissable dans le Sud.

En 2004, l'armée, à laquelle Thaksin avait accordé des pouvoirs étendus, a abattu 32 combattants séparatistes dans la vieille mosquée de Krue Se à Pattani

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant