Les négociateurs démentent tout accord de cessez-le-feu en Ukraine

le
0

MINSK, 11 février (Reuters) - Les délégués du Groupe de contact sur l'Ukraine, réunis à Minsk, ont démenti dans la nuit de mardi à mercredi être parvenu à un accord sur un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, comme le rapportait mardi soir l'agence de presse russe Tass. Alors que les violences redoublent sur le terrain, où des roquettes tirées par les rebelles ont fait plus d'une dizaine de morts mardi à Kramatorsk, à une cinquantaine de kilomètres de la ligne de front, aucun accord visant à mettre fin aux combats n'a été conclu, a déclaré Denis Pouchiline, qui représente les séparatistes pro-russes à Minsk. Des responsables européens ont dit de leur côté n'avoir qu'un très mince espoir d'obtenir un arrêt des hostilités, observant que les rebelles et Moscou ont peu de raisons de cesser les combats et de revenir à leurs positions initiales alors qu'ils progressent sur le terrain. Illustration de ces propos, les séparatistes ont annoncé mardi être sur le point de parachever l'encerclement de la ville stratégique de Debaltseve, entre Donetsk et Louhansk, et rejeter par avance toute cessation des combats. ID:nL5N0VK44E Selon un responsable russe cité par l'agence RIA, aucun accord visant à mettre fin au conflit n'est d'ailleurs sur la table à Minsk, le principal sujet en discussion étant celui de la création d'une zone démilitarisée. Le dirigeant séparatiste Denis Pouchiline a déclaré aux journalistes qu'il avait remis à la délégation ukrainienne des propositions de "mesures politiques et militaires" en vue d'assurer une désescalade dans le conflit. OBAMA A TENTÉ DE CONVAINCRE POUTINE Le Groupe de contact (Ukraine, Russie, rebelles et OSCE) était réuni à la veille d'un sommet à quatre dans la capitale biélorusse entre le président ukrainien Petro Porochenko, son homologue russe Vladimir Poutine, François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, afin de trouver une solution négociée au conflit dans l'est de l'Ukraine. Barack Obama, lors d'un entretien téléphonique mardi avec son homologue russe, l'a exhorté à saisir l'occasion du sommet de Minsk pour contribuer à un règlement. Le président américain a réaffirmé que son pays défendait la souveraineté de l'Ukraine et a demandé à la Russie de mettre fin à son soutien aux rebelles ukrainiens. "Le président Obama a souligné le bilan humain toujours plus lourd des combats, et aussi l'importance pour le président Poutine de saisir l'occasion des discussions en cours entre la Russie, la France, l'Allemagne et l'Ukraine en vue de parvenir à un règlement pacifique", a dit la Maison blanche. "Si la Russie poursuit ses actes agressifs en Ukraine, notamment l'envoi de troupes et d'armes et le financement des séparatistes, le coût sera plus lourd à payer pour elle", a ajouté la présidence américaine. (Andrei Makhovsky et Elizabeth Pineau à Minsk, Alessandra Prentice à Kiev et Gabriela Baczynska à Moscou, avec Jeff Mason et Roberta Rampton à Washington; Guy Kerivel et Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant