Les nantis s'enrichissent de plus en plus vite

le
0

(NEWSManagers.com) - Les Européens et les Américains les plus riches ont mis deux ou trois décennies à constituer leur fortune, soit deux à trois fois plus de temps que les nantis des pays émergents. Et pour une majorité d'entre eux, leurs biens proviennent d'un héritage ou de l'épargne, tandis que dans le reste du monde, l'entrepreunariat reste la principale source de richesse, selon le dernier rapport " Wealth Insights" publié le 17 juin par Barclays sur la base d'un sondage réalisé au premier semestre auprès de 2.000 personnes disposant d'une fortune supérieure ou égale à 1,5 million de dollars. réparties dans 17pays.

En Suisse, 54% personnes disposant d'un tel patrimoine, c'est-à-dire classés dans la catégorie High Net Worth Individuals (HNWI), ont mis plus de 30 ans pour accumuler leur fortune. Si la situation est comparable en Europe (23 ans) et aux Etats-Unis (28 ans), au Qatar en revanche, 52% des personnes interrogées disent être devenues riches en moins de dix ans, soit trois fois plus vite. Dans les pays émergents de l'Asie-Pacifique ou de l'Afrique, les personnes fortunées n'ont mis respectivement que 12 et 16 ans à le devenir.

Cette durée allongée en Suisse peut s'expliquer par le fait que 31% des millionnaires du pays tirent leur fortune des bénéfices liés à une activité entrepreneuriale, indique le rapport. Les principales sources de richesse restent cependant l'héritage et l'épargne, pour 52% des personnes interrogées. La situation en Suisse contraste avec le reste du monde, où 40% des 2000 HNWIs interrogés sont des entrepreneurs et propriétaires d'entreprises, alors que seul 26% d'entre eux déclarent que leur fortune provient d'un héritage.

Concernant la manière de dépenser cet argent, le rapport montre que les fortunés ayant subi un brusque changement de leur situation se montrent généralement plus généreux envers leur prochain. Ainsi, un tiers de ceux dont la fortune a substantiellement baissé durant la récente crise économique ont mentionné les dons parmi les trois principales utilisations de leur argent. C'est également le cas pour 24% de ceux dont la fortune a connu un accroissement spectaculaire, précise le rapport.

Les motivations à s'impliquer dans la philanthropie diffèrent selon les régions du monde. Les nantis des économies occidentales, soutiennent les causes caritatives par sens du devoir et de la responsabilité. C'est le cas de 69% d'entre eux. Même proportion au Royaume-Uni, tandis qu'ils sont 71% aux Etats-Unis et 84% à Monaco. Ailleurs, les nantis recherchent, via les dons, un épanouissement personnel, notamment en Chine (71%), en Amérique latine (65%) et en Afrique du Sud (56%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant